Paris : le caviste de luxe cambriolé par des « perce-murailles »

Des malfaiteurs qui ont percé un trou dans un mur mitoyen ont dérobé plusieurs bouteilles de très grands crus… sans même rentrer dans l’établissement cambriolé.

 228, rue du Faubourg Saint-Honoré (VIIIe). Les malfaiteurs sont rentrés par effraction dans l’immeuble mitoyen du caviste.
228, rue du Faubourg Saint-Honoré (VIIIe). Les malfaiteurs sont rentrés par effraction dans l’immeuble mitoyen du caviste. DR/capture d’écran street view

Les Caves de Taillevent ont rouvert ce mardi avec des rayonnages un peu moins bien achalandés qu'avant le week-end. Le prestigieux caviste, de la rue du Faubourg Saint-Honoré (VIIIe) a en effet été victime d'un cambriolage pas banal, dans la nuit de samedi à dimanche.

Pas une razzia ! Le ou les malfaiteurs en cause n'ont mis la main que sur quelques dizaines de bouteilles. Mais pas n'importe lesquelles. Le montant de leur butin, constitué de très grands crus, pourrait se chiffrer à près de 70 000 € selon une source proche de l'enquête qui confirme une information d'Europe 1.

Plus surprenante encore que le montant du butin, la technique dite du « perce-muraille » que les voleurs ont utilisé montre qu'ils avaient minutieusement préparé leur coup. Ils n'ont pas fracturé directement le magasin - doté d'alarmes, équipé de caméra et situé au cœur d'un des quartiers les plus surveillé de la capitale - mais sont passés par l'immeuble mitoyen moins bien sécurisé.

Ils prennent les bouteilles avec une perche

Après être rentrés pas effraction dans un cabinet d'avocat voisin du commerce, ils ont percé un trou dans le mur pour accéder aux précieux casiers à vin de l'autre côté. Cette technique du perce-muraille est loin d'être nouvelle, mais les voleurs de vins l'ont perfectionné… en restant à l'extérieur du commerce cambriolé!

Ils ont percé un trou d'une vingtaine de centimètres de diamètre d'une taille suffisante pour y passer une perche et pour attraper les bouteilles convoitées. Les caméras de surveillance du magasin ont enregistré ces mouvements… mais pas ni les visages ni les silhouettes des voleurs restés de l'autre côté du mur.

Ils ont percé au meilleur endroit

L'enquête a été confiée au 1er district de police judiciaire qui dispose pour l'instant de peu d'indices sur ces cambrioleurs. Seule certitude : ils avaient dû faire des repérages préalables dans le magasin aux 2 000 références qui propose à la fois des vins d'exception comme un Lafite-Rothschild de 1961 à 3 200 € ou un Montrachet grand cru à 2000€ et beaucoup de vins plus abordables à moins de 30 € la bouteille.

Les voleurs ont percé le mur au bon endroit pour atteindre les bouteilles les plus prestigieuses. « On ne sait pas comment ils ont procédé », indiquait mardi le directeur de la cave encore en cours d'inventaire.