Paris : la verrière d’accès au métro des Halles ne pourra plus être escaladée

Inaugurée le 5 mai 2017, la verrière de l'accès au métro de la place Marguerite-de-Navarre (Ier) a fait l’objet de travaux suite à des actes de vandalisme.

 Aumois d’août,  des ouvriers ont dû remplacer le verre sur le toit de l'édicule RATP, place Marguerite de Navarre (Ier)
Aumois d’août, des ouvriers ont dû remplacer le verre sur le toit de l'édicule RATP, place Marguerite de Navarre (Ier) Philippe Baverel

Le petit édifice en mélèze lamellé-collé soutenu par des poteaux métalliques et recouvert d'une verrière, est-il bien adapté à son usage, à savoir matérialiser, sur la place Marguerite-de-Navarre (Ier), l'accès à la gare souterraine métro-RER et au centre commercial des Halles? Si la question se pose, c'est que l'ouvrage créé par l'architecte Raphaël Ménard (cabinet 169) et mis en service le 5 mai 2017, a déjà fait l'objet de travaux de réparation cet été!

«Nous avons dû remplacer le verre qui forme le toit de l'édicule, l'entreprise ayant initialement mis des produits verriers non conformes aux prescriptions données par la RATP», répond-on à la direction de la Régie. Quant au coût des travaux, la RATP n'a pas souhaité le préciser.

Surtout, «un dispositif va-t-il être posé à l'avenir pour empêcher quiconque d'escalader l'édifice et de monter sur le toit, au risque de se blesser et de casser à nouveau des éléments de la verrière?» interroge Jacques Chavonnet, président d'honneur de l'ADRAQH (association pour la défense des riverains et l'animation du quartier des Halles). «Oui», répond la RATP qui a annoncé «la mise en place dès le 14 octobre, d'un dispositif anti-escalade ».

Plusieurs intrusions

C'est bien là le coeur du problème: le filet de sécurité de 400 m 2 installé en décembre 2018 sur l'édicule, l'avait été «suite à l'intrusion de plusieurs individus sur le toit et le vandalisme des parties en verre», selon les explications données par la RATP dans notre édition du 23 janvier 2019. Sous couvert d'anonymat, un habitant du quartier, tout en saluant «le geste architectural qui a été fait sur la place Marguerite de Navarre», dénonce «la gabegie des deniers publics liée à des actes de destruction volontaire».

Président de l'Adraqh, Emmanuel Duprat déplore qu'«il faille refaire après trois ans seulement, cette verrrière qui n'est jamais qu'un toit». Et remarque que «la réorientation du flux des usagers vers la sortie Marguerite-de-Navarre n'a jamais fonctionné puisque la grande majorité des gens continuent à entrer et sortir dans le forum et la gare métro/RER par l'accès de la rue Pierre-Lescot».