Paris : le pied-à-terre du maire du Touquet cambriolé

Daniel Fasquelle s’est fait cambrioler la nuit dernière. Une enquête de police a été ouverte. « Mon écharpe d’élu a dû les faire déguerpir », plaisante l’élu.

 Daniel Fasquelle, président de la fédération des Républicains du Pas-de-Calais, dispose d’un studio à Paris pour ses réunions avec les autres membres du parti.
Daniel Fasquelle, président de la fédération des Républicains du Pas-de-Calais, dispose d’un studio à Paris pour ses réunions avec les autres membres du parti. LP/OLIVIER LEJEUNE

La nuit a été rude pour Daniel Fasquelle. Ce mardi, le maire (LR) du Touquet (Pas-de-Calais), la célèbre station balnéaire chère à Emmanuel Macron, était en contact avec le commissariat du « 56 », des Ve et VIe arrondissements de Paris.

L'ancien député, président de la fédération des Républicains du Pas-de-Calais, voulait porter plainte pour cambriolage. « Mais les policiers m'ont dit qu'ils ne pouvaient me recevoir que vendredi. Or il faut que je retourne au Touquet. Je porterai plainte là-bas. »

Ce mardi, à 2 heures du matin, alors que l'élu rentrait pour dormir dans son studio parisien du Ve arrondissement, dans le chic quartier du Val-de-Grace, Daniel Fasquelle a trouvé sa porte « complètement défoncée ».

La porte du studio de Daniel Fasquelle a été complètement défoncée par les cambrioleurs DR
La porte du studio de Daniel Fasquelle a été complètement défoncée par les cambrioleurs DR  

« J'ai appelé le 17. Les policiers ont été très réactifs », salue l'élu. Au-delà de la désagréable surprise et du choc, Daniel Fasquelle confie avoir eu « une nuit agitée. J'ai dû mettre mon vélo pour bloquer la porte. Je n'ai dormi que d'un œil. En même temps, je me suis dit : Ils ne vont pas revenir. Je suis grand et costaud. Et au final, il y a des choses plus graves dans la vie. »

Côté préjudice financier, « rien de conséquent. C'est une garçonnière dont je ne me sers que pour mes réunions à Paris. Quand j'étais député, je dormais à l'Assemblée nationale. Ce studio est l'ancien studio de mes enfants. Il n'y a pas grand chose à l'intérieur, rien à voler, quelques chemises dans la penderie, une paire de mocassins. Il y a bien une toute petite télé que ma fille m'a laissée, mais les cambrioleurs n'ont pas dû la trouver assez high-tech », rigole le maire.

Les cambrioleurs ont néanmoins retourné tout le studio. « Ils ont sorti mon écharpe d'élu du placard. Ils ont dû se dire : Zut ! Où est ce qu'on est tombé ? C'est peut-être ça qui les a fait déguerpir. »

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

L'enquête a été confiée au commissariat du 56. Les voisins devaient être entendus ce mardi, et les techniciens de la police scientifique passer pour faire des relevés d'empreintes.