Paris : l’escroc avait la technique pour nettoyer les comptes bancaires de personnes âgées

Equipé d’un mini-terminal à carte bleue, le malfrat arrivait à convaincre ses victimes de lui donner leur carte et leur code, avant de retirer autant d’argent que possible. Il a été condamné à un an de prison.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 L’escroc aurait fait au moins six victimes, toutes âgées de 80 à 90 ans (illustration).
L’escroc aurait fait au moins six victimes, toutes âgées de 80 à 90 ans (illustration). LP/Delphine Goldsztejn

Son manège était bien rodé. Equipé d'un mini-terminal à carte bleue, il traînait dans les XVIe, XVIIe et XVIIIe arrondissements de Paris, tel un prédateur. Sa cible : les personnes âgées de 80 à 90 ans. Et en un tour de passe-passe, aidé de son bagout, il les dépouillait, récupérant leurs cartes, leurs codes et vidant leurs comptes bancaires.

Depuis lundi, cet homme, âgé de 35 ans, attend la convocation du juge d'applications des peines (JAP) au tribunal. Poursuivi pour « escroquerie sur personnes vulnérables », il a été condamné ce samedi à un an de prison ferme sans mandat de dépôt. C'est une opération conjointe de police, du service investigation du commissariat du XVIIe et de la compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) de Paris qui a permis son arrestation en flagrant délit.

L'escroc était déjà dans les radars de la police. En deux mois, il avait fait au moins six victimes. Les policiers disposaient des éléments des plaintes, de son signalement et même de sa photo. L'escroc avait été filmé retirant de l'argent, juste après ses méfaits, à des distributeurs des avenues de Clichy et Saint-Ouen (XVIIe).

En début de semaine dernière, les fonctionnaires de la CSI, en civil et à moto, l'ont justement repéré avenue de Saint-Ouen (XVIIe). L'escroc présumé était assis sur un banc. Les enquêteurs ont alors mis en place une surveillance, et l'ont discrètement suivi jusqu'à son domicile, situé porte de Clignancourt. A partir de là, ne restait plus qu'à monter une filature et attendre que le prédateur ressorte de chez lui à la recherche de ses prochaines proies.

Près des caisses d'un supermarché, il guette ses proies

Ce qu'il a fait, jeudi dernier. Les policiers l'ont vu se diriger vers le Monoprix de la rue du Poteau. Le trentenaire s'est « positionné auprès des caisses », « observant les clients ». Puis il a « choisi » un vieux monsieur de 81 ans, traînant son cabas. Les policiers ne les ont alors plus lâchés. Ils ont vu rentrer l'octogénaire à son domicile, rue Ordener (XVIII e ), talonné par l'escroc, qui est ensuite ressorti en courant.

Les patrouilles se sont ensuite séparées en deux équipes. L'une discrètement aux trousses de l'escroc, l'autre allant à la rencontre de la victime. L'homme de 81 ans a confié aux policiers que l'escroc s'était fait passer pour un responsable du Monoprix et avait prétexté un remboursement lié à un trop-payé pour prendre sa carte et son code.

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

Pendant ce temps-là, à deux rues, la seconde patrouille de police interpellait le malfaiteur. Il avait à la main son terminal et la carte bleue de la victime. L'homme a été menotté, ramené au commissariat du XVIIe puis placé en garde à vue. Lors de son audition, pour se justifier, il a simplement dit avoir « besoin d'argent », souffle un enquêteur.