Paris : l’enfant au nounours créé la surprise au Sénat

L’artiste James Colomina avait installé une statue symbolisant l’enfance volée, devant le Sénat où a été adoptée la loi sur le non-consentement sexuel à 13 ans.

 Rue de Vaugirard (VIe) ce vendredi matin. James Colomina a encore surpris son monde et réussi à déposer un enfant rouge aux portes du Sénat.
Rue de Vaugirard (VIe) ce vendredi matin. James Colomina a encore surpris son monde et réussi à déposer un enfant rouge aux portes du Sénat. DR

Son enfant rouge barrant le nombre 13 deviendra-t-il un symbole de l'enfance volée? Ce vendredi au petit matin, l'artiste toulousain James Colomina a une nouvelle fois, et plus discrètement que jamais, déposé l'une de ses sculptures de résine vermillon dans un endroit emblématique du pouvoir : l'entrée du Sénat, rue de Vaugirard (VIe)!

Une installation sauvage

Une escapade forte en symbole que cette installation à la porte du Palais du Luxembourg, où les sénateurs ont récemment adopté le projet de loi sur le consentement sexuel. « Je voulais faire écho à cette proposition de loi », explique James Colomina, artiste humaniste dont les installations, toujours sauvages mais jamais vandales, s'attachent souvent à une actualité. Aujourd'hui le durcissement de la loi en matière d'atteintes sexuelles sur des mineurs de 13 ans, hier la banalisation de la misère avec un Emmanuel Macron près des tentes de sans-abri…

Posant ses personnages sur des socles de statues vides, des piles de pont, des lieux investis en catimini malgré l'envergure de ses œuvres, et sans autorisation, l'artiste leur donne un humanisme qui rend généralement indulgentes les autorités, dont la préfecture. Pas cette fois néanmoins, puisque son enfant au nounours a été presque immédiatement été délogée. « Je l'avais installée très tôt mais une voiture de police est arrivée, avec sirène etc., raconte-t-il. C'est dommage, j'aurais bien aimé que quelques sénateurs puissent la voir! » James Colomina a au moins pu récupérer sa statue, « pendant un moment j'ai cru qu'ils allaient me la confisquer » raconte-t-il.