Paris : l’auteur présumé d’une agression antisémite interpellé

L’un des deux auteurs d’un vol avec violence, à caractère antisémite, commis début août dans le XIXe a été interpellé par les policiers de l’arrondissement.

 Illustration d’un véhicule de police.
Illustration d’un véhicule de police. LP/Olivier Boitet

Il était dans le collimateur des enquêteurs depuis près de 3 semaines. Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été arrêté ce mercredi matin, dans le XIXe, par les policiers de l'arrondissement et placé en garde à vue dans la foulée. Il est soupçonné d'être l'un des deux auteurs d'une très violente agression, à caractère antisémite, commise le 6 août dernier dans l'arrondissement.

Passé à tabac à la sortie de l'ascenseur

C'était en fin de journée, dans la rue Archereau. David, 29 ans, domicilié au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), avait été pris à partie, insulté, roué de coups puis dépouillé par deux inconnus qui l'avaient suivi jusque dans l'immeuble de la rue Archereau où le jeune homme était venu rechercher sa fille, gardée chez ses parents durant les vacances.

Les deux agresseurs, qui s'étaient engouffrés dans le bâtiment sur les pas de leur victime, l'avaient littéralement passé à tabac dès la sortie de l'ascenseur. Après l'avoir poussé dans la cage d'escalier où le jeune homme avait perdu connaissance, les deux auteurs de l'attaque sauvage avaient dérobé la Rolex de leur victime avant de prendre la fuite.

Un vol avec violence mais dont le caractère antisémite ne faisait guère de doute. Avant d'être détroussé, David, qui assure porter toujours sa kippa, avait été couvert d'insultes antisémites et de menaces de mort. Les examens qu'il a subis à l'UMJ (Unité médico-judiciaire) ont montré qu'il avait été victime de tentative d'étranglement.

Filmé par les caméras de surveillance

Le jeune homme, très choqué, a porté plainte au commissariat de son domicile, au Kremlin-Bicêtre. Informé de l'agression, le BNVCA (Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme) avait saisi le Parquet de Paris dans la foulée et s'était constitué partie civile. Une information judiciaire pour « vol aggravé » a été ouverte et l'enquête a été confiée à la Sûreté départementale.

Elle a débouché ce mercredi sur l'interpellation d'un des deux auteurs présumés par les fonctionnaires du commissariat parisien concerné. Ce jeune homme et son complice, qui avaient agi à visage découvert, avaient été filmés par les caméras de surveillance du quartier.