Paris : ils s’opposent à la bétonisation de 5000 mètres carrés dans le XIIe

La RATP, avec l’accord de la maire écologiste du XIIe, doit démarrer en mars le chantier de construction de cinq immeubles de huit étages sur une parcelle naguère classée «inconstructible, réserve pour espace vert».

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 77, avenue du docteur Arnold Netter (XIIe), samedi 13 février 2021, midi. Une cinquantaine de personnes, dont le député Cédric Villani, se sont rassemblées pour protester contre le projet immobilier de la RATP.
77, avenue du docteur Arnold Netter (XIIe), samedi 13 février 2021, midi. Une cinquantaine de personnes, dont le député Cédric Villani, se sont rassemblées pour protester contre le projet immobilier de la RATP. LP/Philippe Baverel

Bravant le froid, une cinquantaine de riverains se sont rassemblés ce samedi matin devant le 77, avenue du docteur Arnold Netter (XIIe) pour s'opposer au projet de construction à cet endroit de cinq immeubles de huit étages. Propriétaire de cette parcelle de 5000 mètres carrés, la RATP a obtenu en 2017 un permis de construire pour y bâtir 90 logements sociaux et intermédiaires ainsi qu'une crèche de 99 berceaux.

Suite à la mobilisation des habitants, un permis de construire modificatif supprimant deux niveaux de parking, a été déposé. Le fait qu'il n'ait pas encore été délivré n'empêche pas juridiquement le démarrage du chantier, annoncé pour mars.

90 logements sociaux et intermédiaires et une crèche de 99 berceaux doivent pousser sur le site. LP/P.B.
90 logements sociaux et intermédiaires et une crèche de 99 berceaux doivent pousser sur le site. LP/P.B.  

Adjoint à l'urbanisme durable auprès de la maire du XIIe, Emmanuelle Pierre-Marie (EELV), Nicolas Rouveau (EELV) fait valoir que « le permis de construire prévoit une extension du jardin Debergue attenant sur la moitié de la parcelle de la RATP, soit 2500 m2, aménagement à la charge de la Ville qui prévoit aussi un passage pour y accéder ». Et rappelle que « tous les recours des riverains auprès de la justice administrative ont été épuisés, jusqu'au Conseil d'Etat qui s'est prononcé en novembre 2020 ».

Conseillère de Paris élue du XIIe, Valérie Montandon (LR) a beau jeu de dénoncer « l'hypocrisie sans limite de la maire du XIIe. Dès la première délibération sur ce projet en mai 2017 et toutes celles qui ont suivi, les écologistes du XIIe dont la maire actuelle, qui était déjà élue au conseil d'arrondissement, ont toujours voté pour. » Tout en plaidant pour « une révision de ce programme », l'élue insiste : « Les marges de manœuvre avec la RATP existent. »

«Aujourd'hui, les écologistes sont otages du passé et de l'accord passé avec la RATP»

Que la mairie du XIIe, confiée aux écologistes en vertu des accords électoraux passés avec les socialistes, en vienne à jouer à front renversé, défendant la bétonisation d'une parcelle précieuse, compte tenu de la densité du quartier, laisse nombre d'habitants amers. Déjà échaudés par l'abattage sur ce terrain le 11 février 2019, d'« une quarantaine d'arbres plus que cinquantenaires, dont un cèdre de l'Himalaya et 34 peupliers noirs », ils se refusent pour la plupart à faire une croix sur « cet espace de pleine terre qui n'a jamais été construit ».

Artisan quinquagénaire, Jean-François résume la situation politique d'une formule : « C'est un projet des socialistes du vieux monde qui va supprimer un îlot de fraîcheur. Aujourd'hui, les écologistes sont otages du passé et de l'accord passé avec la RATP ».

Villani s'invite dans le rassemblement

Dans la lettre ouverte déjà signée par une quarantaine de personnes et qui sera prochainement adressée à la maire de Paris et à la maire du XIIe, l'association de riverains Netter-Debergue demande « un moratoire sur ce projet immobilier » qui affecte un terrain qui jusqu'à la modification du plan local d'urbanisme en 2009, était classé « inconstructible, réserve pour espace vert ».

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

Signataire de la lettre, le député Cédric Villani (Ecologie, démocratie solidarité) qui est aussi conseiller du XIVe, a rencontré les habitants ce samedi matin. L'ancien candidat à l'Hôtel de Ville est formel : « Dans Paris, chaque mètre carré de pleine terre doit être regardé avec le plus grand respect, c'est un trésor. D'autant qu'aujourd'hui plus que jamais, les gens ont besoin de nature ».