Paris : derniers recours pour éviter que l’école ne devienne un commissariat

Bronca des parents et des enseignants de l’école maternelle et élémentaire Paradis (Xe). Ils seront ce mardi devant l’Hôtel-de-Ville pour protester contre la transformation de l’établissement en poste de police municipale.

 Rue de Paradis (Xe). L’école maternelle, fermée pour travaux, ne rouvrira pas ses portes. C’est une brigade de la future police municipale qui s’installera dans les locaux
Rue de Paradis (Xe). L’école maternelle, fermée pour travaux, ne rouvrira pas ses portes. C’est une brigade de la future police municipale qui s’installera dans les locaux DR

Ils ne lâcheront rien. Ce mardi, parents d'élèves et enseignants seront devant l'Hôtel-de-Ville, à l'ouverture du Conseil de Paris, pour que soit maintenue ouverte l'école maternelle et élémentaire de la rue de Paradis (Xe), qui compte 94 élèves.

L'établissement, fermé pour travaux, n'a jamais rouvert et est désormais destiné à accueillir le futur poste de police municipale. Les enfants et enseignants, eux, ont été répartis dans les écoles Chabrol et Schwartzenberg.

Réunions, conseils municipaux, concertations… Parents et professeurs n'ont jamais obtenu gain de cause malgré leur mobilisation.

Des classes pas assez fournies

« Le problème est devenu politique, souligne Mélina Degorge, présidente de la FCPE (fédération des conseils de parents d'élèves) du Xe arrondissement. Nous sommes quand même en train de fermer une école dont on sait parfaitement qu'elle ne rouvrira jamais. Certes, les effectifs par classe sont modestes, avec en moyenne 21,3 enfants dans les écoles d'accueil… Mais nous savons aussi que d'ici deux à trois ans, avec les naissances de ces dernières années, ils seront de 22,4. »

Surtout, les parents auraient aimé que la situation permette plutôt d'offrir « une meilleure vie scolaire aux enfants. Nous avons l'impression, depuis le conseil municipal du 19 janvier dernier, d'être totalement mis devant le fait accompli. »

La mairie défend son choix

Depuis quinze mois, l'école maternelle du 20, rue de Paradis est fermée, les plafonds présentant des dangers. Nombreux sont ceux qui pensent que l'opportunité a joué… « Baisse de fréquentation, nombreux départs de familles ces derniers mois en raison de la crise sanitaire », rétorque la mairie d'arrondissement.

Mardi, en séance de Conseil de Paris, les élus de droite, EELV, LFI et du PCF ont donc prévu de s'opposer à ce projet. Certains présenteront vœux et amendements pour que, notamment, le Xe arrondissement soit dissocié du programme de sectorisation scolaire, pour que le cas de l'école Paradis soit examiné plus sereinement.