Paris : Anne Hidalgo et les Verts peuvent-ils gouverner ensemble ?

Depuis le dernier Conseil de Paris, les relations entre la majorité et les élus EELV sont tendues. La cause : un malentendu à propos de Samuel Paty. Ce samedi, la maire a ravivé la polémique lors d’une interview télévisée.

 Anne Hildago a ravivé les tensions en disant « vouloir apprendre la République » à ses alliés écologistes.
Anne Hildago a ravivé les tensions en disant « vouloir apprendre la République » à ses alliés écologistes. LP/Arnaud Dumontier

Une chose semble acquise. Le mariage entre les Verts parisiens et la majorité d'Anne Hidalgo (Paris en commun) n'est pas un mariage de passion, mais de raison. Certes, les deux partis gouvernent ensemble depuis 2001 et l'arrivée de Bertrand Delanoë (PS), mais les relations se sont tendues depuis le début de cette nouvelle mandature.

Dernier épisode en date : l'interview d'Anne Hidalgo par Ruth Elkrief, ce samedi sur BFMTV. La maire de Paris est revenue sur le vote et le discours de la présidente du groupe écologiste cette semaine au Conseil de Paris à propos d'une rue ou d'une place en mémoire de Samuel Paty. Fatoumata Koné, tout en approuvant l'idée, demandait que le délai de cinq ans entre le décès d'une personne et l'attribution d'un lieu à sa mémoire soit respecté, cette disposition permettant de « dépassionner » une décision ou un vote. Une position incomprise tant tout le Conseil était unanime pour agir immédiatement.

Bilan, la maire a dit « vouloir apprendre la République » à ses alliés écologistes face caméra. Leur sang n'a fait qu'un tour ce week-end. « Elle a remis une pièce dans la machine », attaque Fatoumata Koné, qui a sollicité ce dimanche matin par SMS une rencontre avec Anne Hidalgo. Rencontre acceptée, mais qui reste à fixer.

Fatoumata Koné, présidente du groupe des élus écologistes au Conseil de Paris. LP/Delphine Goldsztejn
Fatoumata Koné, présidente du groupe des élus écologistes au Conseil de Paris. LP/Delphine Goldsztejn  

Des dossiers qui fâchent en pagaille

Depuis cet été, les sujets qui fâchent s'accumulent au sein du couple PS-Verts. Il y a d'abord eu l'affaire Christophe Girard et la sortie des écologistes Alice Coffin et Raphaëlle Rémy-Leleu qui a déclenché la colère de la maire. Si finalement l'adjoint à la Culture a démissionné depuis, ce premier acte a donné le ton. D'autant plus que d'autres dossiers vont venir empoissonner les échanges.

« Nous ne sommes pas d'accord avec la maire sur le projet de rénovation de la g are du Nord, tout comme nous sommes en désaccord sur la police municipale, poursuit Fatoumata Koné. Je ne sais pas pourquoi elle a dit tout ça. Peut-être souhaite-elle nous affaiblir avant les élections régionales, dans lesquelles Julien Bayou portera notre candidature face à Audrey Pulvar? Et puis, si elle doute de notre position sur le terrorisme, pourquoi a-t-elle accepté un accord pendant la campagne des municipales? »

Des alliés verts parfois encombrants ?

Dans les couloirs de l'Hôtel de Ville, des membres de la majorité expliquent n'avoir toujours pas compris la position d'EELV dans le cadre de l'hommage à Samuel Paty. D'autant plus que pour Gisèle Halimi ou Jacques Chirac des votes ont eu lieu bien avant l'expiration du délai de cinq ans sans que cela ne soulève de protestation. Résultat, la majorité sent parfois ses alliés Verts sur le fil du rasoir, voire « fragiles sur leurs positions ». Comme pour Anne Souyris, qui s'est exprimée maladroitement sur le Covid vendredi soir en affirmant que, dès janvier, 30 à 40 % des Parisiens recevraient le précieux vaccin. Affirmation aussitôt démentie par l'exécutif. L'adjointe à la santé a, elle, été priée de faire profil bas. La maire en aurait un peu marre de devoir passer régulièrement derrière.

Emmanuel Grégoire calme le jeu

Alors, les deux vont-ils finir par se séparer à force de ne pas pouvoir avancer ensemble sereinement ? « On a le droit de dire ce que l'on pense, explique sereinement Emmanuel Grégoire, le premier adjoint (PS). Les Verts ne manquent jamais une occasion de le faire puissamment. Mais les propos de Fatoumata Koné n'ont pas choqué que la maire, que nous. Dans l'hémicycle, beaucoup s'en sont émus. » Et de poursuivre : « Pour nous, cette affaire est classée, même si la maire est très exigeante avec tout ce qui peut concerner les attentats. Et puis, chacun dans notre majorité peut exprimer ses différences. Je rappelle quand même que nous adoptons 99 % des vœux ensemble. »

Et les points de vue ne manquent pas. « J'ai du mal à comprendre Anne Hidalgo. Elle parle d'ambiguïté sur la République et elle prend en exemple des choses qui ne sont pas vraies, questionne Raphaëlle Rémy-Leleu, conseillère de Paris et porte-parole d'EELV pour l'Ile-de-France. Elle alimente les tensions entre Verts et socialistes. Pourquoi ? Je ne sais pas mais la chasse aux écologistes semble être un sport à la mode en 2020. » « Sans nous, il n'y a pas de majorité (NDLR : il y a 24 élus EELV dont 5 adjoints à la maire), conclut-elle. Il faut être respectueux de ses partenaires et de leurs démarches. D'autant plus que nous avons vocation à nous retrouver. »

La droite demande le divorce PS-Verts

Ce dimanche après-midi, la droite parisienne n’a pas tardé à réagir à la nouvelle passe d’armes entre les membres de la majorité municipale. « Nous avons pris acte des déclarations d’Anne Hidalgo le 21 novembre indiquant qu’Europe Ecologie – Les Verts aurait « un problème de rapport à la République ». Ces derniers mois ont encore montré avec violence à quel point nous payons le prix du cynisme et de la complicité d’élus qui ont fait entrer dans leurs exécutifs des élus « non républicains », qui ont contribué à faire prospérer des idéologies dangereuses et mortifères qui menacent aujourd’hui la République », peut-on lire dans le communiqué des LR.

Et de conlure : « Le groupe Changer Paris appelle donc solennellement Mme Hidalgo à se séparer des élus qu’elle qualifie de « non républicains » au sein de sa majorité, comme elle l’a fait pour MM. Aidenbaum et Girard visés par des affaires de violences sexuelles. La République n’est pas à géométrie variable ! »