Accident grave dans le XVe à Paris : deux pistes étudiées

Perte de contrôle du conducteur âgé de 80 ans ou défaillance technique du véhicule ? La voiture a été saisie et sera expertisée.

 Paris, le 6 octobre 2020, rue de La Croix-Nivert (XVe). Le conducteur, âgé de 80 ans, a perdu le contrôle de son véhicule
Paris, le 6 octobre 2020, rue de La Croix-Nivert (XVe). Le conducteur, âgé de 80 ans, a perdu le contrôle de son véhicule LP/Philippe de Poulpiquet

La voiture était-elle défectueuse ? Ce modèle américain de Tesla électrique, bourrée d'électronique et de capteurs anticollision, déjà dans le collimateur d'automobilistes et d'associations, a-t-elle buggé ? Ou le conducteur, âgé de 80 ans, a-t-il, tout seul, perdu le contrôle du véhicule ? Une semaine après le terrible accident rue de la Croix-Nivert (XVe), qui a fait deux blessés graves, les questions se posent.

La voiture sera expertisée

Signe de ces interrogations, le véhicule incriminé n'a pas pris le chemin habituel de la casse. Il a été saisi. Et est entre les mains des experts. Les enquêteurs du STJA (service du traitement judiciaire des accidents) de la Préfecture de police, poursuivent leurs investigations.

Du côté de la mairie du XVe, « nous étudions le problème de ce carrefour accidentogène avec les services de voirie, indique ce mardi Jean-Yves Pinet, adjoint au maire Philippe Goujon (LR), chargé de la voirie et de la sécurité routière. Nous envisageons entre autres d'inverser le sens de la circulation ».

L'accident remonte au mardi 6 octobre. Ce jour-là, un octogénaire, au volant de sa Tesla refuse une priorité à droite angle rues de la Croix-Nivert (XVe) et Letellier. Le vieux monsieur perd le contrôle. « Les gens ont cru une seconde à un acte de terrorisme, se souvient un témoin tant le choc a été violent. Il y a eu un bruit énorme de choc et de vitres explosées ». La voiture folle s'emballe sur 50 mètres, monte sur le trottoir, fauche deux passants, projette l'un d'eux à travers la vitrine d'un commerce puis termine sa course en arrachant neuf potelets.

Les deux victimes, âgées de 30 et 34 ans, sont transportées en urgence absolue vers les hôpitaux de la Pitié-Salpêtrière (XIIIe) et Pompidou (XVe).

L'un, serveur d'un restaurant du quartier qui allait chercher des baguettes de pain pour le service du soir, est gravement polytraumatisé et plongé dans le coma. La seconde victime a le ventre en sang, lacéré par les bouts de verre de la vitrine et souffre d'un traumatisme crânien.

L'octogénaire, lui, n'est pas blessé mais sous le choc. Il est placé en garde à vue puis laissé libre après les dépistages alcoolémies et toxicologiques négatifs.

Cet accident relance le débat sur la conduite des seniors. Le dossier est d'ailleurs à l'étude à l'Assemblée nationale.

« Il serait sage d'examiner la possibilité d'un examen médical sur les personnes âgées qui conduisent », indique de son côté Philippe Goujon, le maire (LR) du XVe.

Le drame n'est pas sans rappeler un autre accident survenu il y a deux ans dans ce quartier.

Des travaux sur un autre carrefour accidentogène

Le 27 octobre 2018 à l'angle Convention-Dantzig, un automobiliste de 92 ans avait perdu le contrôle de sa voiture et fauché trois piétons. Parmi eux, Pauline Déroulède, 27 ans, avait eu la jambe arrachée par la voiture folle.

Dans ce carrefour lui aussi « accidentogène et sans visibilité », la mairie du XVe a plaidé pour l'installation d'un nouveau feu rouge. « Les travaux démarrent ces prochaines semaines », assure Jean-Yves Pinet.

Après le drame, l'automobiliste avait lâché à sa victime qu'il comptait arrêter de conduire et que « s'il y avait eu une loi l'empêchant de conduire, il l'aurait respectée ».

« Le feu n'aurait pas empêché l'accident », insiste Jean-Yves Pinet. Et de marteler à propos de ces deux accidents tragiques : « Ce n'est pas parce qu'on a une feuille rose à 18 ans qu'elle doit être valable toute la vie sans contrôle ».