Paris : 180 000 euros pour sécuriser le carrefour où Sixtine, 11 ans, a perdu la vie

Neuf mois après l’accident qui a coûté la vie à cette collégienne de 11 ans, fauchée par un camion sur un passage piéton, le Conseil de Paris a voté cette délibération à l’unanimité.

 Paris, carrefour des rues La-Fontaine et George-Sand (16e), mardi après-midi. Pour de nombreux riverains, « il est important de sécuriser sérieusement ce carrefour ».
Paris, carrefour des rues La-Fontaine et George-Sand (16e), mardi après-midi. Pour de nombreux riverains, « il est important de sécuriser sérieusement ce carrefour ». LP/Philippe Baverel

Le 13 janvier 2020, disparaissait Sixtine, 11 ans, fauchée sur le chemin de l'école par un poids lourd de 19 tonnes alors qu'elle traversait le passage piéton au carrefour des rues George-Sand et Jean-de-la-Fontaine à Paris (16 e ). Neuf mois après ce drame qui « a bouleversé Auteuil, ce qui n'est pas courant ici », selon la formule de François, riverain retraité, le Conseil de Paris a voté mardi en fin de journée, à l'unanimité, un vœu présenté par Hanna Sebbah (LREM), conseillère de Paris, élue du 16 e, afin de sécuriser ce carrefour très fréquenté.

Objectif : réduire le champ de l'angle mort

Doté d'un budget de 180 000 euros, « le chantier sera réalisé d'ici à la fin de l'année », annonce David Belliard (EELV), adjoint aux transports et aux mobilités. Concrètement, le trottoir de la rue George-Sand sera élargi, ce qui réduira, d'une part, la longueur du passage piéton et obligera, d'autre part, les automobilistes venant de la rue La-Fontaine à ralentir considérablement pour tourner dans la rue George-Sand.

« Cette excroissance du trottoir va réduire le champ de l'angle mort, notamment pour les chauffeurs de poids lourds », souligne David Belliard, qui s'engage aussi à maintenir un agent de la Ville de Paris à ce carrefour aux heures d'entrées et de sorties des classes « jusqu'à la fin des travaux ».

De nombreux riverains avaient déposé des fleurs sur le lieu du drame en hommage à la collégienne décédée.LP/Benoit Hasse
De nombreux riverains avaient déposé des fleurs sur le lieu du drame en hommage à la collégienne décédée.LP/Benoit Hasse  

Quant au passage clouté, il sera déplacé de 8 mètres par rapport au carrefour « afin d'élargir le champ de vision et la capacité d'anticipation des conducteurs », selon le texte voté par les élus. « Un marquage au sol sera ajouté et des panneaux lumineux supplémentaires posés pour prévenir de la dangerosité du carrefour », ajoute David Belliard.

«La Ville a exaucé mon vœu en un mois»

Président fondateur de l'association Sixteen qui dénonce les dangers de la route auxquels sont exposés les enfants, Philippe Jean-Louis, habitant du 16e, se félicite de l'adoption de ce texte : « J'ai été reçu début septembre par David Belliard qui a exaucé mon vœu en un mois. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi rapide. » Avant de décocher cette flèche : « Depuis le début de cette affaire, la mairie du 16e nous dit qu'elle n'a pas de pouvoir décisionnaire, tout en diabolisant l'Hôtel de Ville où j'ai pourtant été reçu avec bienveillance. »

Mère de deux enfants, Virginie Andrès, 43 ans, habite le quartier où s'est produit l'accident qui a coûté la vie à Sixtine. « Ce drame nous a traumatisés. C'est important de sécuriser sérieusement ce carrefour. Le peu de travaux réalisés en février, avec notamment l'abaissement des bordures des trottoirs, n'a rien changé », constate cette juriste.

A l'unisson avec Hanna Sebbah, qui fustige « l'inaction de la mairie du 16e qui s'est contentée de déplacer le passage piéton de 80 cm ! » Avant de dénoncer « la récupération politique et la démagogie pratiquées par la mairie du 16e sur un sujet d'intérêt général ! Mais l'important, c'est que les choses avancent. »

Une cartographie des carrefours dangereux

Dans l'entourage du nouveau maire du 16 e, Francis Szpiner (LR), on rappelle que l'élu « a fait de la sécurité routière une priorité ». Jérémy Redler (LR), son premier adjoint, précise : « Dès le lendemain de son élection, le maire a nommé l'avocate Vanessa Edberg, adjointe à la sécurité routière. Avec pour mission d'établir avant la fin de l'année une cartographie des carrefours dangereux dans le 16 e pour pouvoir les sécuriser. »

Rappelant que le camion qui a renversé Sixtine « ne disposait pas de dispositif de détection des angles morts », David Belliard veut aussi agir sur la réglementation. C'est pourquoi il entend faire valoir auprès de Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique qu'il doit rencontrer ce jeudi, « la nécessité d'obliger les chauffeurs de poids lourds à s'équiper de caméras dont le champ balaie les angles morts ».

VIDÉO. Fauchée par un camion à 11 ans : pourquoi il y aura d'autres morts