Les futures tours de Bercy-Charenton, un projet controversé… et «remis à plat»

La Ville de Paris a annoncé la mise en place d’un comité citoyen pour redéfinir les objectifs du projet d’aménagement de cette zone de 80 hectares qui avait été lancé en… 2008.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 C’est au sein de ce vaste espace que doit voir le jour le futur quartier Bercy-Charenton, à Paris.
C’est au sein de ce vaste espace que doit voir le jour le futur quartier Bercy-Charenton, à Paris. LP/Aubin Laratte

Et c'est reparti pour un tour! La mairie de Paris rebat les cartes du futur quartier Bercy-Charenton (12e), voté à une très courte majorité en 2018. Le projet d'aménagement de ce site lancé depuis 2008 à coup d'ateliers participatifs et autres marches exploratoires est très officiellement « remis à plat », annonce la municipalité. Une traduction directe du bras de fer engagé entre l'exécutif et les écologistes avant et pendant les dernières élections municipales. « C'est un engagement pris pendant la campagne électorale », commente-t-on à l'Hôtel de Ville.

Pas question pour l'équipe d'Anne Hidalgo, la maire (PS) de Paris, de concéder une quelconque victoire aux écologistes. Si l'on en croit la Ville, c'est plutôt la crise sanitaire qui a eu raison du projet défendu depuis des années. « Le projet imaginé par Rogers (NDLR : l'architecte britannique Richard Rogers) était daté, imaginé depuis plus de dix ans », explique-t-on ainsi du côté de l'Hôtel de Ville.

Les futures tours de Bercy-Charenton, un projet controversé… et «remis à plat»

Au final, plusieurs axes de réflexion sont à l'étude, « comme la place de la végétalisation par la création d'un bois. La crise Covid pousse la municipalité à se réinterroger sur la façon de construire la ville, notamment sur la mise en place concrète de la ville du quart d'heure, les impacts sociaux forts, mais aussi les réflexions sur le bureau. C'est l'occasion de dessiner un quartier pour l'avenir. »

Un « comité citoyen Bercy-Charenton », composé de 50 membres, devra redéfinir les objectifs du projet d'aménagement de ce site de 80 hectares. Il sera recruté ces prochaines semaines par un institut de sondage indépendant. Selon Libération, ce comité devrait être composé de 20 habitants du 12e, de six habitants du 13e, de 15 habitants des autres arrondissements, de six habitants de la commune voisine de Charenton-le-Pont et trois de celle d'Ivry-sur-Seine, également en bordure du projet côté Val-de-Marne.

Plusieurs séances de travail thématique et visites du site seront prévues afin d'alimenter les discussions et de permettre d'aboutir à un avis indépendant du comité citoyen avant l'été. Avis qui ne sera que consultatif.

Les opposants craignent une fausse concertation

Une méthode qui suscite déjà des réserves du côté de l'opposition et des riverains. « Cette nouvelle forme de concertation me laisse assez dubitative. Déjà, lors de la conférence citoyenne sur le plan local d'urbanisme, seuls les initiés étaient au courant qu'il fallait se préinscrire pour participer. Et en plus, il fallait prendre la carte citoyenne de la ville! J'espère que les élus et associations du quartier seront associés », soupire Valérie Montandon, élue (LR) du 12e.

« Ils ne vont associer à la concertation que les associatifs et riverains qui approuvent leur projet », redoute aussi Henri Hazael Massieux, président de l'association de défense du quartier de Bercy, collectif qui a engagé un recours contre le premier projet d'aménagement.

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

Au-delà de la méthode, c'est le cadre même de la concertation qui pose question. La maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, est clairement attendue au tournant par son opposition et ses alliés écologistes sur un sujet crucial : celui des tours.

Les Républicains demandent un référendum

Le projet initial prévoyait six tours, dont une de 180 mètres, et l'arrivée de 9000 nouveaux habitants ainsi que des bureaux. « Les discussions ont bien avancé sur l'idée d'un espace végétalisé en pleine terre mais le problème reste entier sur la question de la hauteur des immeubles », souligne Fatoumata Koné, chef de file des écologistes au Conseil de Paris. « Sur un tel sujet qui touche profondément la physionomie de Paris, l'organisation d'un référendum auprès des Parisiens aurait tout son sens », renchérit Valérie Montandon, élue (LR) du 12e.

« Et puis, a-t-on besoin de construire encore autant de bureaux lorsque l'on sait que nombre de mètres carrés de bureaux sont déjà vides à Paris ? », s'interroge encore Fatoumata Koné. La droite, elle, appelle à « dédensifier » le projet initial. « Le projet défendu jusqu'ici par les socialistes est digne des années 1960 ! », fustige Valérie Montandon.

En attendant de redéfinir les grands axes de cette future ZAC, la Ville de Paris, en partenariat avec son aménageur, la Semapa, SNCF Immobilier et Espaces ferroviaires, lance un appel à projets « d'urbanisme transitoire », sur la mise à disposition d'un site au sein du futur quartier de Bercy-Charenton. Ce projet devrait ainsi permettre de faire découvrir l'espace aux Parisiennes et aux Parisiens, mais également aux riverains afin qu'ils s'approprient les lieux.