Paris : le Centre Pompidou va être fermé trois ans pour travaux

Roselyne Bachelot annonce que le musée national d’art moderne va devoir notamment subir un désamiantage et une rénovation totale. Il fermera « complètement » de la fin 2023 à début 2027.

 Après cette nouvelle tranche de quatre années de travaux, le musée national d’art moderne rouvrira en 2027 pour son 50e anniversaire.
Après cette nouvelle tranche de quatre années de travaux, le musée national d’art moderne rouvrira en 2027 pour son 50e anniversaire.  LP/Jean-Baptiste Quentin

Le Centre Pompidou va devoir fermer complètement ses portes pendant trois ans pour de grands travaux de restauration. C'est ce qu'annonce la ministre de la Culture Roselyne Bachelot ce lundi dans un entretien au Figaro.

Les travaux démarreront fin 2023 et s'achèveront fin 2026. Le musée national d'art moderne rouvrira en 2027 pour son 50e anniversaire, après modernisation et désamiantage intégral. Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou, a annoncé la nouvelle ce lundi aux syndicats. Beaubourg emploie un peu plus de 1 000 personnes.

Les travaux ont-ils trop attendu ?

Depuis des années, ces travaux étaient annoncés. Les experts y planchaient depuis 2017. Mais ce lundi soir, c'est un coup de tonnerre pour les amoureux de ce lieu dédié à l'art contemporain surnommé « l'usine à gaz » par ses détracteurs, pour ses tuyaux de couleurs. Il est vrai, depuis le début, le Centre Pompidou a défrayé la chronique lors de son édification dans les années 1970. Conçu par les architectes Renzo Piano et Richard Rogers, ce site au cœur de Paris abrite des collections très importantes d'art moderne et contemporain, de vastes espaces d'expositions et une très grande bibliothèque notamment. Mais voilà, depuis le bâtiment n'a fait l'objet d'aucune rénovation d'envergure. Paris en paye le prix aujourd'hui.

« Il y avait deux options sur la table, l'une consistant à restaurer le Centre tout en le maintenant ouvert, l'autre étant la fermeture complète, explique la ministre de la culture Roselyne Bachelot. J'ai choisi la seconde car elle s'avérait moins longue dans le temps et un peu moins chère. »

« Ces travaux sont une garantie pour l'avenir du Centre Pompidou. Concrètement il s'agit pour nous de préserver notre premier chef-d'œuvre - le bâtiment - qui n'a connu aucune rénovation profonde depuis 1977 », déclare pour sa part Serge Lasvignes qui ne voulait surtout pas « d'un centre perpétuellement en travaux pour le personnel et pour les visiteurs, et pour son image »… alors que va s'ouvrir dans quelques mois la Bourse commerce, autre lieu dédié à l'art contemporain, sous l'égide de la famille Pinault.

Des travaux rendus indispensables par la corrosion et l'usure

« Ces travaux sont indispensables pour qu'il demeure cette icône mondiale de la modernité et de l'architecture contemporaine qui attire chaque année des millions de visiteurs. Je me réjouis de cette décision qui nous permettra de fêter en grand nos 50 ans et qui inscrit pleinement le Centre dans le XXIe siècle », affirme le directeur du centre Pompidou pour défendre ce choix difficile.

Le chantier était devenu indispensables en raison de la corrosion et de l'usure affectant l'immense bâtiment. Il permettra, pour un coût de 200 millions, de « procéder au désamiantage total du bâtiment et de le rénover entièrement afin de répondre aux normes de sécurité, aux normes techniques et énergétiques en vigueur ainsi qu'aux obligations d'accessibilité pour les publics handicapés », a précisé l'établissement public.

Le musée était resté déjà fermé trois mois et demi durant le premier confinement pour cause de coronavirus. Il avait subi à partir de l'été 2019 une première tranche importante de travaux, tout en restant ouvert, pour que soit notamment rénovée la « chenille » qui permet d'accéder à ses différents niveaux.

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

« La période de fermeture ne signifiera vraiment pas l'arrêt de nos missions bien au contraire !, lance Serge Lasvignes. La présence des Centre Pompidou à Metz et à l'étranger, les projets de développement territorial comme la construction du Centre Pompidou Francilien, Fabrique de l'art – pôle de conservation et création à Massy, les expositions hors-les-murs ou encore le numérique sont déjà à l'œuvre pour déployer cette stratégie d'avenir ».

La bibliothèque publique d'information (Bpi) disposera quant à elle d'un lieu provisoire dans Paris durant les travaux.