Incendie de la rue Erlanger : les voisins survivants se sont retrouvés

Deux ans après cette nuit 4 au 5 février 2019 de cet effroyable incendie, les voisins survivants et les familles des victimes se sont retrouvés pour un moment d’émotion et de souvenir.

 Paris, ce vendredi. Un moment d’émotion et de recueillement devant la porte du 17bis rue Erlanger, derrière laquelle 10 personnes sont décédées dans un dramatique incendie, il y a deux ans.
Paris, ce vendredi. Un moment d’émotion et de recueillement devant la porte du 17bis rue Erlanger, derrière laquelle 10 personnes sont décédées dans un dramatique incendie, il y a deux ans. LP/Eric Le Mitouard

A 9h30, ce vendredi matin, une vingtaine de personnes et quelques élus du XVIe se sont rassemblés devant la porte grise du 17 bis rue Erlanger (XVIe). Il y a deux ans, ce même matin, on comptait déjà dix victimes et des dizaines de blessés après une nuit effroyable à la suite d'un dramatique incendie qui a ravagé tout l'immeuble sur cour. Une disposition qui n'avait pas permis l'intervention de la grande échelle des pompiers.

Cette année encore, c'est Claire Mussy, l'une des jeunes rescapées, qui a voulu organiser ce rendez-vous du souvenir. « C'est une façon de dire aux familles des victimes, à ceux qui sont partis et à ceux qui sont restés, que nous sommes tous unis. Aujourd'hui, on tente tous d'avancer… même si c'est lent », souligne la jeune femme.

Un rideau de lierre aux dix bouquets

Devant ce petit groupe rassemblé pour la minute de silence, un rideau de lierres, rythmé de dix bouquets - le nombre des victimes - cache la triste porte par laquelle les pompiers ont eu tant de mal à intervenir.

Un moment d’émotion et de recueillement devant la porte du 17 bis rue Erlanger. LP/Eric Le Mitouard
Un moment d’émotion et de recueillement devant la porte du 17 bis rue Erlanger. LP/Eric Le Mitouard  

Sur cette porte, trône déjà l'annonce de futurs travaux de « rénovation à l'identique » de la SI Papillon SA, propriétaire des lieux… Les structures de l'immeuble devraient être préservées. « Mais toutes les mesures anti-incendie seront prises pour l'avenir », assure Gérard Gachet, maire adjoint en charge de la sécurité à la mairie du XVIe. C'est lui qui a remplacé le maire, Francis Szpiner, « empêché au dernier moment » selon une formule classique dans ce genre de circonstances.

Mais Daniela, Henri... et de nombreux autres sont bien là, tout comme Savina, la gentille voisine du 8e étage, 82 ans, qui était absente cette nuit tragique. « Mais les souvenirs de toute une existence sont partis en fumée dans mon studio dévasté», regrette-t-elle, en se souvenant, elle aussi : « Vous savez, dans cet immeuble, il y avait plein de vie. Plein de jeunesse ».

L'idée de la pose d'une plaque commémorative au-dessus de la porte est lancée.