«Il y a encore trop d’espace donné à la voiture à Paris» selon David Belliard

David Belliard, nouvel adjoint EELV de la maire de Paris en charge des Transports, assume la volonté de faire reculer la place de l’automobile dans la capitale au profit des piétons et cyclistes.

 L’écologiste David Belliard veut faire de la ville la capitale du vélo.
L’écologiste David Belliard veut faire de la ville la capitale du vélo. LP/Delphine Goldsztejn

Son rêve ? « Libérer Paris du tout voiture » pour laisser le champ libre aux vélos, transports en commun et piétons. Adjoint chargé des Transports auprès d'Anne Hidalgo à la Ville de Paris, l'écolo David Belliard peut enclencher… la seconde. Quitte à se mettre les automobilistes à dos.

Avez-vous conscience que la circulation risque d'être compliquée dans Paris à la rentrée ?

J'ai conscience que des aménagements importants ont été réalisés. Les habitants et les automobilistes vont devoir se les approprier, changer leurs habitudes. Nous avons mis en œuvre une politique qui vise à mieux partager l'espace, à redonner de l'espace aux piétons et aux cyclistes ou pour d'autres usages comme les terrasses. Nous ferons le bilan dans quelques mois pour voir comment fonctionne ce partage.

Où en êtes-vous des 50 km de coronapistes annoncés ?

On est en train de les finaliser. 40 km ont déjà été tracés depuis mai. Des réalisations sont en cours, rue de Vaugirard ou porte de Saint-Cloud par exemple. Il reste encore une dizaine de kilomètres à aménager au mois de septembre. D'ores et déjà, le bilan est extrêmement positif, on voit que ces aménagements répondent à une vraie demande.

Confirmez-vous que ces 50 km seront pérennisés après le 30 septembre ?

Ils pourront être ajustés en fonction des retours d'expérience, si on s'aperçoit que des pistes ne sont pas suffisamment sécurisées ou qu'il y a des problèmes pour des places de livraison par exemple. Mais oui, notre objectif reste toujours de pérenniser ces 50 km. Nous attendons d'avoir le cadre légal pour cela : il doit être fixé par le gouvernement à la rentrée.

Vous avez annoncé la suppression de 60 000 places de stationnement. Par quoi seront-elles remplacées ?

Ce sujet sera abordé lors des Etats généraux du stationnement et de la mobilité à partir d'octobre ou début novembre. Nous allons réfléchir avec l'ensemble des acteurs à l'usage qui pourra être fait de ces places libérées : terrasses, bancs publics, pistes cyclables, espaces végétalisés… Ces aménagements feront l'objet de discussions au niveau local.

Faut-il supprimer totalement la voiture dans Paris ?

Il faut rééquilibrer l'espace. Il y a encore trop d'espace donné à la voiture actuellement et j'assume le fait de vouloir réduire sa place. La pollution de l'air est pour plus de la moitié liée à la circulation automobile, c'est une question de santé publique majeure, presque de vie ou de mort.

VIDÉO. David Belliard veut faire de Paris « une ville cyclo-friendly »

Quel message adressez-vous aux automobilistes parisiens et franciliens ?

A chaque fois que vous le pouvez, choisissez un autre moyen de transport comme les transports en commun, le vélo ou la marche.