Habillez-vous comme Bob Sinclar, le DJ organise un vide-dressing à Paris

Depuis jeudi, et jusqu’à dimanche, le célèbre disc-jockey français met en vente près de 500 pièces de sa garde-robe lors d’un vide-dressing géant dans le Marais (4e). Plongée dans la caverne aux trésors.

 Bob Sinclar le 15 octobre 2020, à Paris (4e). Pendant toute sa carrière, le célèbre DJ français a accumulé des pièces d'exception.
Bob Sinclar le 15 octobre 2020, à Paris (4e). Pendant toute sa carrière, le célèbre DJ français a accumulé des pièces d'exception. LP/MargauxBoscagli

La boutique a ouvert ses portes il y a à peine une heure et c'est un Bob Sinclar, 51 ans, compositeur star de «Love Generation», qui nous y accueille, souriant, en toute simplicité. Ici, pas de platines ni de musique house. Pas même une playlist radio en fond sonore. Seulement quelques curieux et plusieurs centaines de vêtements exposés. On est loin des ambiances endiablées auxquelles le célèbre DJ français nous a habitués, y compris pendant le confinement en mars dernier.

Une prise de conscience pendant le confinement

Et pour cause, c'est pour une tout autre raison que le musicien a donné rendez-vous à ses fans parisiens ce jeudi matin via son compte Instagram : pendant quatre jours, il organise un vide-dressing géant dans le Marais (4e). «Je garde tout, je déteste me séparer des choses, confie le DJ. J'ai encore mes premiers samplers, tous mes premiers instruments de musique dans mon studio. Pendant le confinement, j'ai pris conscience de tous les vêtements que je possédais et je me suis dit que c'était le moment de m'en débarrasser un peu. Peut-être que ça peut faire plaisir à des gens.»

Il est vrai que Bob Sinclar a «du temps, maintenant», d'autant plus que le couvre-feu décrété ce mercredi soir par Emmanuel Macron ne va pas «changer grand-chose» pour lui. «Je ne travaillais déjà pas, plaisante-t-il. Il faut éviter les grands rassemblements pour l'instant.»

Il met donc en vente jusqu'à dimanche, environ 500 pièces de sa garde-robe éclectique, du blouson en cuir au t-shirt graphique, en passant par des centaines de paires de baskets. Du rock, du chic, du streetwear… Bref, il y en a pour tous les goûts. Et pour presque toutes les tailles : du S au XL pour les vestes, du 38 au 44 de tour de taille et du 40 au 41 de pointure.

Balmain, Gucci, Laneus, Saint-Laurent…

Mention spéciale pour les fervents de luxe. Sur la dizaine de portants, les griffes s'enchaînent : Balmain, Gucci, Laneus, Saint-Laurent… Le tout à des prix plus que cassés. Comptez entre 5 et 50 euros pour la majorité des pièces, 70 euros pour les jeans de grandes marques (Dolce&Gabbana, Dsquared2…) et entre 100 et 600 euros pour les vestes haute-couture telles que ce Perfecto de motard en cuir, estampillé Balmain, vendu généralement autour de 3500 euros en magasin. «On peut faire des prix aussi, précise l'artiste. On est super ouverts. Ce que je trouve sympa, c'est que les gens viennent, qu'on fasse des photos.»

Sur les portants, de nombreux vêtements de luxe à prix cassés. LP/MargauxBoscagli.
Sur les portants, de nombreux vêtements de luxe à prix cassés. LP/MargauxBoscagli.  

Adossé contre un mur près de l'entrée, Bob Sinclar contemple la pièce avec une allure décontractée. Des souvenirs liés à ces vêtements, il en a pleins la tête. «Viens voir, j'ai un truc assez drôle», s'empresse-t-il en nous guidant au fond de la boutique. Il sort une vieille veste de survêtement rose fluo d'un sac cabas. C'est la tenue qu'il portait dans le clip «Hello» de son compère Martin Solveig, filmé à Roland Garros en 2010. «André Agassi, 1992, dit-il fièrement. J'ai le short, les tennis, tout! Ce n'est pas à vendre ça.» Fan de tennis depuis l'enfance, la star n'est pas encore totalement prête à se débarrasser des multiples tenues de tennisman qu'elle a amassées au fil des années.

Outre la marque, c'est aussi la dimension vintage de ces vêtements qui séduit. «J'ai des blousons et des t-shirts de tournées, des marnières Paris By Night (NDLR : titre de l'un de ses albums sorti en 2013)… » énumère-t-il à un jeune admirateur en recherche «de trucs un peu collector». «Ça, c'est un survêtement 5 étoiles luxe, poursuit le compositeur en fouillant l'un des portants. Tu connais pas t'es trop jeune !»

«Je rêvais de transmettre ces affaires à mon fils»

«J'ai toujours été fan de mode, à la fois de créateurs mais aussi de puces et de vintage, raconte le DJ. J'ai tout accumulé pendant des années. D'autant plus que je rêvais d'avoir un fils à qui transmettre ces affaires plus tard.»

C'est chose faite. Raphaël Le Friant, l'aîné du musicien, est d'ailleurs présent ce matin au vide-dressing de son paternel, dont il fait la promotion à coups de vidéos sur les réseaux sociaux. L'adolescent est un féru d' upcycling, cette tendance qui consiste à chiner des vêtements pour les valoriser en créant une nouvelle pièce de qualité supérieure à celle d'origine.

Des pointures allant du 40 au 41. LP/MargauxBoscagli.
Des pointures allant du 40 au 41. LP/MargauxBoscagli.  

Initiative durable de plus en plus prisée dans l'industrie de la mode. Nul ne doute qu'il a inspiré son père pour cette idée de vide-dressing. «J'aime beaucoup cette notion de recyclage, confirme Bob Sinclar. Tout est un cycle en fait. Dans la musique aussi d'ailleurs, on recycle des échantillons sonores.»

A l'heure où le marché de la seconde main est en pleine croissance - l'Institut français de la mode évalue le marché hexagonal à un milliard d'euros -, les trésors du DJ ont encore de beaux jours devant eux. Mais attention, ils partent vite.

Jusqu'au dimanche 18 octobre, de 10 heures à 20 heures, 40 rue des Blancs Manteaux (Paris 4e), métro Hôtel-de-Ville et Rambuteau.