Covid-19 : annulation en cascade des rendez-vous religieux à Paris

Comme la procession sur la Seine prévue ce vendredi pour fêter Sainte-Geneviève, le spectacle « Etoile de Bethléem », qui devait se dérouler sur le parvis de la basilique à la mi-décembre, est annulé en raison de la reprise de l’épidémie de coronavirus.

 La crèche vivante qui devait s’installer sur le parvis de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre (XVIIIe) les 11-12 et 13 décembre, devait réunir une cinquantaine de comédiens, artistes et bénévoles – sans compter deux dromadaires et les moutons !
La crèche vivante qui devait s’installer sur le parvis de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre (XVIIIe) les 11-12 et 13 décembre, devait réunir une cinquantaine de comédiens, artistes et bénévoles – sans compter deux dromadaires et les moutons !  LP/Olivier Boitet

La procession sur la Seine prévue ce vendredi en fin d'après-midi pour clôturer l'année Sainte-Geneviève, patronne de Paris, n'aura pas lieu. L'événement auquel 400 démunis et 300 accompagnateurs devaient participer, est annulé en raison de la reprise de l'épidémie de coronavirus. La prière sur le parvis de Notre-Dame (IVe) autour de l'archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, est supprimée également.

« La préfecture de police nous a informés de cette décision mardi soir », précise-t-on à l'archevêché. Non sans rappeler que « le spectacle autour de Sainte-Geneviève prévu initialement le 9 octobre aux Invalides a été annulé dès septembre ». Seule bonne nouvelle : « l'année Sainte-Geneviève est prolongée et sera clôturée le 9 octobre 2021 par une procession fluviale et un grand spectacle consacré à la vie de la sainte », annonce le diocèse.

Les grands rassemblements interdits

A deux mois et demi de Noël, les célébrations prévues pour fêter la patronne de Paris, ne sont pas les seules à faire les frais du contexte sanitaire. Si les messes auxquelles les fidèles participent masqués et en laissant une place libre entre chacun ont bien lieu tous les dimanches, l'épidémie interdit de fait tous les grands rassemblements religieux.

Même le spectacle « Etoile de Bethléem », qui devait se dérouler sur le parvis de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre (XVIIIe) les 11-12 et 13 décembre, est annulé. Mise en scène par Christophe Eoche-Duval, président-fondateur de la Compagnie Richard, cette grande crèche vivante devait réunir une cinquantaine de comédiens, artistes et bénévoles – sans compter deux dromadaires et les moutons ! Le spectacle qui devait initialement se dérouler sur le parvis de Notre-Dame en décembre 2019, avait déjà été déprogrammé à cause de l'incendie de la cathédrale.

« L'organisation actuelle de la basilique et le contexte sanitaire nous ont amenés, en accord avec le diocèse, à annuler cet événement. Les circonstances ne sont pas propices à un tel rassemblement », explique-t-on dans l'entourage du recteur du Sacré-Cœur, Stéphane Esclef.

Le producteur en colère

Christophe Eoche-Duval qui prévoyait d'accueillir « un flux de 10 000 à 15 000 personnes », déclare « ne pas croire à l'excuse officielle du Covid. C'est une réponse hypocrite ». Visiblement, le metteur en scène ne pardonne pas au recteur du Sacré-Cœur de lui « avoir annoncé par texto le 1er septembre à 20h53 que le spectacle ne lui paraissait plus possible. Malgré nos demandes, il ne nous a pas reçus depuis. Et le 18 septembre, c'est par un mail qu'il nous a été demandé de débarrasser le plancher, à savoir déménager le matériel de scène et les costumes entreposés dans les locaux de la basilique ».

Tout en assurant que « l'événement était autofinancé par le mécénat et le village de Noël qui devait vendre des produits des monastères », le patron de la Compagnie Richard conclut : « Nous y laissons des plumes, virés sans égard pour les artistes et notre fragile écosystème culturel. Au total, ce sont 10 000 euros d'investissement perdus. Il n'est pas sûr qu'on s'en relève. »

A l'archevêché, on observe que « vu le contexte actuel, l'annulation du spectacle ne devrait pas donner lieu à polémique ».