Contrôles sanitaires renforcés à Paris : «Il est 18h20 et vous continuez à servir des clients ?»

Port du masque, respect du couvre-feu… Ce samedi soir, la police a investi le secteur du centre commercial Italie 2, dans le 13e, pour effectuer des contrôles après les annonces du Premier ministre vendredi.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Paris, rue Bobillot (13e), ce samedi soir. Piétons, commerçants, automobilistes… Les policiers ont organisé des contrôles à l’heure du couvre-feu.
Paris, rue Bobillot (13e), ce samedi soir. Piétons, commerçants, automobilistes… Les policiers ont organisé des contrôles à l’heure du couvre-feu. LP/Jean-Baptiste Quentin

« Bonjour monsieur! Vous pouvez remettre votre masque sur le nez s'il vous plaît? » « Vous n'avez pas d'attestation dérogatoire, madame? Le PV est à 135 euros. » « Il est 18 h 20 et vous continuez à servir des clients? »

Ce samedi, à l'heure légale du couvre-feu fixée à 18 heures, pour lequel le Premier ministre Jean Castex a demandé ce vendredi des contrôles sanitaires renforcés, le commissaire central adjoint du 13e arrondissement de Paris, Pierre-Yves Destombes, et ses équipes ont arpenté la rue Bobillot et le secteur de la Butte-aux-Cailles. Au pied du gigantesque centre commercial Italie 2, qui, avec ses 56000 mètres carrés, devra fermer ses portes ce dimanche. Seuls les commerces alimentaires pourront continuer à recevoir des clients. Piétons, commerçants, automobilistes, taxis, VTC, cyclistes… La patrouille ne laisse rien au hasard.

«On avait tous peur d'un nouveau confinement»

Ce jeune couple s'y est pris un peu tard, pour venir chercher sa commande dans un kebab de la rue Bobillot. Il est près de 18 h 30, et sans attestation, ils ne coupent pas à l'amende. Le restaurateur, lui, qui est uniquement autorisé à servir les livreurs jusqu'à 22 heures, en sera quitte pour un rappel à l'ordre.

« Je trouve normal de contrôler, assure un trentenaire qui travaille dans l'événementiel, et présente avec le sourire une attestation en bonne et due forme et sa pièce d'identité. On avait tous peur d'un nouveau confinement, c'est un moindre mal. »

«J'habite à deux pas»

Il est 18 h 45, les rues se vident peu à peu. Ici et là, des passants rebroussent prestement chemin à la vue des policiers. Ce quinquagénaire n'est pas allé assez vite : « Vous n'avez ni masque ni attestation », constate un fonctionnaire. Mais l'homme brandit une attestation médicale : le port du masque lui est déconseillé : « Je rentre chez moi, j'habite à deux pas », lâche-t-il un brin agacé. Il s'en tirera sans contravention : « On juge au cas par cas, souligne un policier. C'est une personne qui a visiblement des problèmes de santé. »

Un couple, les bras chargés de paquets, déambulant tranquillement sans attestation alors que l'heure du couvre-feu est largement dépassée, n'aura pas bénéficié de la même indulgence : « On est en chemin, en train de rentrer chez nous », maugréent-ils. Rien n'y fait. Les PV tombent.

Les jours qui viennent, les contrôles sanitaires vont se poursuivre dans les rues de la capitale. Mais aussi dans les commerces où la jauge de fréquentation devra être respectée. Ce samedi, la préfecture de police de Paris a annoncé contrôler chaque jour en moyenne entre 300 et 400 établissements recevant du public.

Depuis le 1er janvier, 34 commerces parisiens ont été fermés pour une durée de quinze jours, dont huit supermarchés, pour non-respect du couvre-feu ou pour absence de respect du port du masque. Par ailleurs, ces derniers jours, une action plus marquée a été mise en œuvre pour la détection et la sanction des restaurants « clandestins » accueillant discrètement, le midi ou le soir, des clients qui consomment sur place. Jeudi et vendredi, 24 de ces établissements au total ont été détectés. Des verbalisations ont été établies et une mesure de fermeture administrative sera notifiée à chacun.

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

Vendredi soir, enfin, dans le 11e arrondissement, sept commerces restés ouverts pendant le couvre-feu ont été fermés immédiatement.

Les centres commerciaux fermés à Paris à partir de ce dimanche sont le Forum des Halles, Italie 2, le bâtiment sud du centre Beaugrenelle, le centre commercial Montparnasse, Vill'up, le BHV Marais, les Galeries Lafayette, le Printemps Haussmann et Le Bon Marché.