«Cela brouille le message» : à Paris, des magistrats verbalisés dans un restaurant clandestin

Le restaurant L’Annexe, sur l’île de la Cité, a été contrôlé vendredi en plein service du midi. Parmi la dizaine de clients présents, des magistrats qui ont tenté de déstabiliser les policiers.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Paris, boulevard du Palais (4e), ce dimanche midi. L’Annexe encourt une fermeture administrative de 15 jours après le contrôle de vendredi midi.
Paris, boulevard du Palais (4e), ce dimanche midi. L’Annexe encourt une fermeture administrative de 15 jours après le contrôle de vendredi midi.  LP/Nicolas Goinard

Il y avait du champagne dans des flûtes sur les tables et des assiettes pleines de nourriture sur les plateaux. C'est ce qui a alerté les policiers à vélo qui, vendredi midi, entrent dans la terrasse fermée de L'Annexe, restaurant de l'île de la Cité (Paris, 4e) qui fait face à la cour d'appel de Paris. L'adresse est aussi à une petite centaine de mètres de la préfecture de police, de la cour de cassation et du tribunal de commerce. Des panneaux posés au sol annoncent de la vente à emporter. Sur l'ardoise, on trouve de la « pièce de boucher Aubrac, frites », « omelette mixte frites » ou encore du « tartare de bœuf ».

Mais dans les faits, au moment où les agents interviennent, ces plats ont été emportés à quelques petits mètres. Une dizaine de personnes mangent et boivent debout dans quinze mètres carrés sur cette terrasse abritée. Les masques sont absents des visages. Sur les tables de bistrot, disposées le long de la vitrine, les policiers comptent cinq assiettes avec des restes de repas.

Paris, boulevard du Palais (4e), ce dimanche midi. De la terrasse fermée, on aperçoit les grilles de la cour d’appel de Paris. LP/Nicolas Goinard
Paris, boulevard du Palais (4e), ce dimanche midi. De la terrasse fermée, on aperçoit les grilles de la cour d’appel de Paris. LP/Nicolas Goinard  

Seul un homme est assis devant son assiette à l'intérieur de la salle. Il est visible depuis l'entrée. Devant lui une corbeille de pain et des verres. Le patron explique aux policiers qu'il s'agit de son fournisseur. Lui et les employés de L'Annexe sont les seuls à porter des masques.

«Il faut bien se restaurer»

Lorsque les agents demandent les identités des clients, l'ambiance se tend un peu. Et pour cause : la plupart sont des magistrats qui travaillent sur l'île de la Cité. Dans un communiqué diffusé ce lundi, Catherine Champrenault, la procureure générale et Jean-Michel Hayat, le premier président de la cour d'appel ont précisé que ces verbalisations «ne concernent aucun magistrat de l'ordre judiciaire » après l'examen d'éléments portés à leur connaissance.

Si ces magistrats sont là, c'est qu'« il faut bien se restaurer » pendant la pause méridienne, justifient-ils. Pis, ils tentent également de déstabiliser les fonctionnaires en leur demandant dans quel cadre ils interviennent… Les policiers obtiennent tout de même leurs identités et les font sortir. Au total, dix personnes sont finalement verbalisées, 135 euros par client.

Ce dimanche midi, l'établissement est fermé. En vitrine un mot datant du 6 octobre dernier, date à laquelle les brasseries étaient encore ouvertes, précise pourtant : « Port du masque obligatoire même entre les plats et pour tout déplacement ». L'ardoise annonçant « L'Annexe est ouvert » a été remisée et risque de l'être pour 15 jours encore, la durée prévue en cas de fermeture administrative, ce qui entraînerait la perte des aides de l'Etat. «C'est une vente à emporter qui a dégénéré, avance un proche du restaurant. Il y a 150 policiers qui passent tous les jours devant, le préfet Lallement qui passe par la porte juste à côté, le gérant aurait aimé qu'on vienne lui dire que ce qu'il faisait n'était pas dans les clous ».

«Ce n'était pas caché dans une arrière-salle à l'abri des regards»

Pierre, qui travaille sur l'île de la Cité, reconnaît y avoir mangé récemment. « Ce n'est pas un restaurant clandestin comme ce qu'on peut voir un peu partout, estime le trentenaire. Ce n'était pas caché dans une arrière-salle à l'abri des regards. Ça fait plusieurs semaines que c'est comme ça. Il y a juste des tables qui permettent aux gens de déjeuner debout sur la terrasse plutôt que de se cailler dehors. C'est devenu un vrai casse-tête de savoir comment on va manger. » Amandine, qui vit sur le boulevard Saint-Michel, a aussi pris, il y a peu, un café sur l'une de ces tables. « J'y ai même vu des policiers venir acheter à manger alors que des personnes étaient sur les tables, se souvient-elle. Ça n'a jamais posé de problème… »

Néanmoins, la présence de magistrats dans ce restaurant fait tache. « Cela brouille le message et laisse entendre qu'il y aurait des passe-droits pour les gens qui sont censés faire respecter les lois », s'emporte une magistrate parisienne qui cite au passage un récent article du Parisien dans lequel il était déjà question d'un restaurant proche d'un tribunal fréquenté par des policiers et des magistrats.

«On va créer des Al Capone de la restauration»

Car ces cas ne sont pas isolés et ils dérangent toute une frange de la profession. L'Umih (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) se désolidarise d'ailleurs de ces ouvertures. « Nous sommes des légalistes et tout ce qui est interdit par la loi, on ne le défend pas, répond Jean Terlon, vice-président de l'Umih pour le secteur de la restauration. C'est déloyal d'ouvrir dans ces conditions. »

Newsletter L'essentiel du 75
Un tour de l'actualité à Paris et en IDF
Toutes les newsletters

Pour répondre à la multiplication de ces restaurants clandestins, les contrôles se sont intensifiés pour freiner la propagation du virus et de ses variants et ont débouché sur la découverte dans la capitale, entre jeudi et vendredi, de vingt-quatre établissements qui ne suivaient pas les règles. Tous vont faire l'objet d'une fermeture administrative de 15 jours. La mesure « sera notifiée à chacun de ces établissements dans les prochaines heures », a précisé la préfecture de police de Paris dans un communiqué diffusé samedi. Lassé, un patron de brasserie lâche : « Si cette crise dure, on va créer des Al Capone de la restauration. »