A Paris, la police intervient après une messe «clandestine » en plein confinement

L'office a été organisé dans la nuit de samedi à dimanche. Seul le prêtre de cette paroisse traditionaliste, située dans le Ve arrondissement, aurait été présent au moment de l'intervention.

 L’Eglise Saint-Nicolas du Chardonnet, à Paris, est connue pour être un lieu de culte du mouvement catholique traditionaliste.
L’Eglise Saint-Nicolas du Chardonnet, à Paris, est connue pour être un lieu de culte du mouvement catholique traditionaliste.  LP/Olivier Boitet

Une messe pascale s'est tenue dans la nuit de samedi à dimanche à l'église traditionaliste Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. Un office au terme duquel le prêtre aurait été verbalisé pour non-respect du confinement, selon une source policière.

Les responsables de la paroisse contestent ce lundi l'accusation de « messe clandestine » et indiquent qu'aucune verbalisation n'a été constatée « pour l'heure ».

Ce que l'on sait

Les policiers ont été prévenus dans la soirée de samedi par des riverains de l'église, située dans le Ve arrondissement de la capitale, qui avaient entendu de la musique émanant des lieux, d'après la source policière, confirmant une information du Point.

A leur arrivée, les portes de l'église, connue pour son rite conservateur et notamment la messe en latin, étaient fermées. A minuit, une personne est sortie et aurait déclaré aux forces de l'ordre qu'il y avait effectivement une quarantaine d'ecclésiastiques à l'intérieur.

C'est à ce moment-là que les policiers auraient choisi de verbaliser le prêtre, selon une source policière contactée par l'AFP.

Les rassemblements religieux interdits

En ce week-end pascal inédit en France, les églises sont restées vides et les offices ont été diffusés à la télévision ou sur les réseaux sociaux pour les chrétiens restés confinés afin de lutter contre la propagation du coronavirus.

Ces consignes, la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X ont donc choisi de les braver. Dans la retransmission vidéo de la vigile pascale (cérémonie liturgique prélude à la fête de Pâques) et visible sur YouTube, une trentaine d'ecclésiastiques, ainsi que des enfants de choeur, dont aucun n'était masqué ou ne respectait les gestes barrières, étaient présents dans l'édifice pour la messe dite en latin, rite qui a pratiquement disparu des diocèses de France.

 YouTube/ Eglise Saint-Nicolas-du-Chardonnet
YouTube/ Eglise Saint-Nicolas-du-Chardonnet  

Suivant le cours régulier du rite, l'eucharistie a ainsi été donnée de la main à la bouche à une dizaine de participants. Une procession et des moments de génuflexion, en rang serré, ont également eu lieu durant l'office. Aucun fidèle ne semblait en revanche présent dans les travées, selon les images retransmises en vidéo.

Une présence physique conseillée

Sur la description de la vidéo YouTube, la paroisse de Saint-Nicolas-du-Chardonnet a rappelé que « la retransmission vidéo de la messe dominicale ne remplace ni ne dispense de l'obligation d'assister physiquement à la messe pour ceux qui le peuvent », suivi d'un appel aux dons « pour aider dans ce projet ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

La paroisse de Saint-Nicolas du Chardonnet avait été rendue célèbre dans les années 1970 par l'occupation de force par des membres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, qui n'est pas reconnue par l'Église. Ce mouvement est considéré comme « schismatique » par le diocèse de Paris.

En mars, un prêtre avait écopé d'un rappel à la loi pour avoir célébré une messe, dans un camping privé en Isère, tandis que les treize fidèles présents avaient été verbalisés pour non-respect du confinement lié au coronavirus.

Il y a quelques semaines, le président Emmanuel Macron avait réuni plusieurs représentants religieux afin de rappeler l'interdiction de rassemblements physiques lors de célébrations religieuses. Il avait notamment appelé ces responsables religieux à formuler des « modalités adaptées » à ces restrictions, rappelle le journal La Croix.