A Paris, on surveille les corneilles avec des bagues et des GPS

Alors que quelques attaques d’oiseaux avaient été signalées, la mairie de Paris suit de près une étude du Muséum national d’histoire naturelle pour mieux comprendre le comportement de ces volatiles.

 Le chercheur Frédéric Jiguet mène avec le CRBPO une étude sur les corneilles de Paris. Plusieurs ont été attrapées et baguées et six ont été équipées d’un GPS pour mieux comprendre leur comportement.
Le chercheur Frédéric Jiguet mène avec le CRBPO une étude sur les corneilles de Paris. Plusieurs ont été attrapées et baguées et six ont été équipées d’un GPS pour mieux comprendre leur comportement. Clément Dorval -DEVE

Non… vous ne rêvez pas : vous avez peut-être aperçu au-dessus de votre tête une corneille équipée d'un GPS. Vous n'êtes pas dans un film de science-fiction mais peut-être dans le quartier du jardin des Plantes, à Paris (5 e ). C'est d'ici que l'ornithologue et biologiste Frédéric Jiguet scrute les us et coutumes des corneilles.

Vous savez, ces oiseaux souvent peu appréciés du public, qui déchirent les sacs-poubelles et peuvent – parfois — se montrer agressifs avec les promeneurs. En fin de semaine dernière, en plein cœur du jardin des Plantes, ce passionné a installé une nouvelle balise GPS sur l'une d'entre elles.

Un oiseau très envahissant

Depuis cinq ans maintenant, le chercheur observe ces oiseaux qui compliquent un peu la vie des services municipaux : pelouses saccagées, poubelles éventrées avec déchets éparpillés un peu partout… Les corneilles ont parfois des comportements nuisibles. Sans parler des attaques dont certains Parisiens ont été victimes.

D'où l'intérêt de la mairie de Paris porté à l'étude de Frédéric Jiguet. Depuis cinq ans, ce passionné a posé avec le CRBPO (organisme français chargé de la gestion du baguage et marquage des oiseaux) près de 600 bagues et une poignée de balises GPS pour comprendre d'où viennent ces corneilles et décrypter leurs habitudes.

« On a retrouvé certaines corneilles baguées à Paris en Champagne-Ardenne ! D'autres ont leurs attaches à Paris. En fait, ce sont des oiseaux très mobiles. Donc toute tentative de régulation locale en les tuant serait inutile » rapporte le chercheur. Une solution un temps envisagée tant ces oiseaux peuvent parfois se montrer envahissants.

Attirées par les poubelles non fermées

Plutôt que d'avoir recours à une vaste opération de chasse à la corneille, le chercheur préconise aux services municipaux des mesures destinées à éviter l'invasion de ces oiseaux et mieux gérer leur comportement. « Si les corneilles s'arrêtent à Paris, c'est parce qu'elles y trouvent beaucoup de nourriture. Le phénomène s'est accentué au moment de l'apparition des poubelles non fermées », explique le spécialiste.

Au-delà du changement de modèle de corbeilles, l'installation de filets de protection sur les parterres de fleurs évite aux jardiniers de voir leurs plantations saccagées par les corneilles à la recherche de vers. « Et en arrêtant dès le mois de septembre de tondre les pelouses, l'herbe est plus haute et les corneilles y trouvent plus de nourriture », ajoute le chercheur.

« C'est intéressant pour nous de mieux comprendre le comportement de ces oiseaux pour réguler leur population », se félicite Christophe Najdovski, adjoint EELV chargé des espaces verts.