5G à Paris : le prochain bras de fer entre la ville et les écologistes ?

Plusieurs élus EELV vont déposer des vœux pour demander à la ville de Paris de prendre position sur un « moratoire immédiat » concernant le déploiement de la 5G dans les rues parisiennes.

 Le déploiement de la 5G  : le nouveau sujet qui pourrait semer le trouble au sein de la majorité municipale de Paris.
Le déploiement de la 5G : le nouveau sujet qui pourrait semer le trouble au sein de la majorité municipale de Paris. LE PARISIEN

Voilà un nouveau sujet qui pourrait semer le trouble au sein de la majorité municipale de Paris.

Alors que la deuxième mandature d'Anne Hidalgo a débuté par un bras de fer politique entre les écologistes et les socialistes autour de la démission de l'adjoint à la culture Christophe Girard pour ses relations amicales avec l'écrivain accusé de pédophilie Gabriel Matzneff, le prochain Conseil de Paris pourrait lui aussi être électrique. En cause : la 5G.

1622 antennes relais à Paris aujourd'hui

La 5e génération de téléphonie mobile fait débat en France. Alors que près de 70 élus de gauche et écologistes, parmi lesquels Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, la maire de Marseille Michèle Rubirola, ou les nouveaux maires écologistes de Bordeaux et Lyon, ont demandé dans une tribune du JDD un moratoire sur le déploiement de la technologie 5G, les écologistes de Paris ont décidé de mettre la pression sur Anne Hidalgo.

Ils demandent à la Ville de Paris de prendre position sur un moratoire immédiat concernant le déploiement de la 5 G et déposeront un vœu en ce sens au prochain Conseil de Paris qui débutera le 6 octobre. Ils souhaitent l'organisation d'un débat « démocratique à Paris et dans la Métropole sur la 5G ».

Actuellement, la capitale compte 1 622 antennes relais sur ses toits (avec le XVIe en tête qui comptabilise à lui seul 170 antennes). La charte sur la téléphonie mobile renégociée par la ville de Paris en 2017 avec les opérateurs avait permis de limiter le seuil maximal d'expositions aux ondes dans les lieux de vie fermés à 5V/m.

Les écologistes, eux, demandent au nom du « principe de précaution et de vigilance » que la révision de cette charte relative au déploiement de la 5G ne soit pas engagée avant qu'une étude climatique et environnementale ainsi qu'une consultation publique soit réalisées.

« Notre métier est de déployer des réseaux mobiles pour apporter cette connectivité qu'une grande majorité de citoyens souhaite […] Nous le réalisons toujours dans un cadre juridique qui est l'un des plus stricts d'Europe et qui garantit une concertation avec les élus locaux, étape essentielle pour une bonne information de tous les acteurs et des citoyens », rappelle pour sa part la fédération française des télécoms.

Pas de commentaire à la Ville

Le sujet est d'autant plus brûlant que l'enchère d'attribution des fréquences pour la 5G doit débuter le 29 septembre. Le Président de la République Emmanuel Macron a récemment plaidé pour cette nouvelle technologie ironisant sur les opposants de la 5G qui préféreraient selon lui « le modèle Amish ».

Alors de quel côté se rangera Anne Hidalgo dont les ambitions pour les prochaines Présidentielles semblent se préciser de jour en jour ? L'Hôtel de Ville se refuse pour le moment à tout commentaires sur la 5G. La mairie de Paris s'exprimera sur le sujet lors de la préparation du Conseil de Paris des 6,7 et 8 octobre prochains.

L'exemple parisien sera forcément regardé au-delà du périphérique.