«Un beau projet pour la culture» : à Beauvais, le Quadrilatère s’offre un lifting à 8,6 millions d’euros

Deux ans de travaux seront nécessaires pour métamorphoser ce lieu culturel de l’Oise, qui fermera de 2022 à 2024. Objectif : changer l’image d’un espace souvent jugé peu convivial par les habitants.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Beauvais (Oise). Lucy Hofbauer, directrice du Quadrilatère, devant une des 60 œuvres de l’exposition «Premier contact», consacrée à l’artiste Santiago Borja (à gauche).
Beauvais (Oise). Lucy Hofbauer, directrice du Quadrilatère, devant une des 60 œuvres de l’exposition «Premier contact», consacrée à l’artiste Santiago Borja (à gauche).  LP/Patrick Caffin

Non, le Quadrilatère n'est pas qu'un bloc de béton posé à côté d'une des plus belles cathédrales gothiques du monde. C'est pour casser cette image que la municipalité va lancer des travaux et tenter de valoriser un bâtiment décrié, pourtant voué à mettre en avant le patrimoine et l'art contemporain. « J'avais aussi ce préjugé, partagé par de nombreux Beauvaisiens, reconnaît Corinne Fourcin, adjointe à la culture. Je me suis rendu compte en le découvrant qu'il est sublime. »

Reste donc à gommer ce déficit d'identité et donner envie aux visiteurs de pousser les portes de l'ex-galerie de la tapisserie. Pour y parvenir, la municipalité va investir la bagatelle de 8,6 millions d'euros, une somme subventionnée à 70 %. Une somme conséquente, en pleine crise du Covid-19. Corinne Fourcin évoque « l'audace de continuer ce projet dans le contexte actuel ».

Un choix salué par l'opposition de gauche

Quant à l'opposition de gauche, elle valide l'investissement. « Pour nous, chaque euro dépensé pour la culture est un euro bien dépensé », assure Roxane Lundy. Même si elle trouve que « le projet est un beau projet », l'élue regrette que « les Beauvaisiens n'aient pas été consultés sur le sujet » et promet « la plus grande vigilance pour qu'il n'y ait pas de surcoût et que les 8,6 millions prévus soient bien consacrés au Quadrilatère ».

L'accueil des visiteurs sera soigné. « Nous voulons rendre le Quadrilatère plus convivial, annonce Lucy Hofbauer, directrice du site. Nous aménagerons un café ou une cafétéria, ce n'est pas encore défini, et les accès seront mis aux normes notamment pour les personnes à mobilité réduite. »

«Renouer avec le public»

Autre objectif, mettre en valeur l'existant. « Il y aura un travail important sur la muséographie pour valoriser les vestiges archéologiques », précise la directrice. « Le Quadrilatère est assis sur 2000 ans d'histoire, complète Corinne Fourcin. C'est une véritable pépite qui a tout pour devenir un élément incontournable de Beauvais en termes d'attractivité. »

La ville est d'ailleurs en train de monter un dossier pour que le Quadrilatère reçoive le label « architecture contemporaine remarquable ». Labellisé ou non, il devrait devenir un centre d'art et d'architecture, et accueillir dans son enceinte le Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine (CIAP). « Nous ne voulons pas être un centre d'art hors sol, assure Lucy Hofbauer. Renouer avec le public, faire le lien avec le patrimoine, c'est notre objectif. »

Avant le lancement de ces futurs travaux, qui devraient entraîner une fermeture du site de deux ans, une nouvelle exposition est en cours d'installation. « Premier contact » rassemble 60 œuvres de l'artiste Santiago Borja. « Il établira un dialogue entre l'art et l'architecture, annonce Lucy Hofbauer. Plusieurs œuvres, dont une fresque, sont réalisées pour l'exposition. » Programmée jusqu'au 19 septembre, elle sera visible quand les conditions sanitaires permettront la réouverture des musées.