Oise : trop à l’étroit, les lieux de culte musulmans à l’heure des grands travaux

Construction de nouvelles mosquées à Nogent-sur-Oise et à Beauvais, extension de celle de Compiègne… Les sites religieux ont besoin de se structurer et de s’agrandir. Plusieurs appels aux dons des fidèles sont en cours dans le département.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 La mosquée de Compiègne devrait s’agrandir prochainement.
La mosquée de Compiègne devrait s’agrandir prochainement.  LE PARISIEN

Partout dans l'Oise, la communauté musulmane pratiquante manque de place dans ses lieux de culte. Souvent cantonnés à des salles de prières, ces locaux ne conviennent plus aux fidèles qui voient désormais une nouvelle génération les rejoindre.

Pour ces jeunes pratiquants, il s'agit de pousser les murs pour éviter toute situation à même de nuire à l'image de leur religion, comme le stationnement anarchique ou les prières en extérieur.

L'année 2021 est ainsi synonyme de renouveau et de chantiers dans nombre de villes de l'Oise. Dans la Cité impériale, l'Association des musulmans de Compiègne (AMC) lance une campagne de dons pour concrétiser l'extension de la mosquée, ouverte le 11 novembre 1996.

«Le vendredi, certains doivent prier dans la rue»

« C'était une nécessité, estime Mohamed Bouimezgane, son président. La troisième génération arrive. En temps normal, nous recevons plus de 2000 personnes. Le vendredi, certains doivent prier dans la rue, même si ça ne dure que quelques minutes. Lors des grandes fêtes religieuses, nous louons des salles de sport et des stades pour rassembler tout le monde. »

Le 17 décembre dernier, un compromis de vente a été signé pour racheter les 3000 mètres carrés de terrain voisin. « Cela représente 700 000 euros et nous en sommes déjà à plus de 200 000 euros récoltés, précise le président. Nous aurons ainsi plus d'espace pour les salles de cours pour les enfants, pour les réunions, les conférences… »

Toujours à Compiègne, la communauté turque, forte de 750 adhérents, déménagera d'ici à 3 ans pour s'installer dans un nouveau centre culturel et cultuel actuellement en chantier.

«La nouvelle génération réclame des lieux dignes»

Au total, l'Oise compte aujourd'hui une vingtaine de lieux de culte. Trop peu désormais pour accueillir tous les fidèles. « Il y a beaucoup de salles de prières et peu de mosquées, résume Najah Harchaoui, vice-président de la Grande mosquée de Beauvais. La nouvelle génération réclame des lieux dignes. Nous y prions, mais nous prodiguons aussi de nombreux services comme des cours d'alphabétisation, du soutien scolaire. Lors du dernier Ramadan, nous avons livré 700 colis de nourriture. Les travaux de la Grande mosquée ont démarré voilà deux ans et nous venons juste de recevoir le dôme. Nous pourrons accueillir 2000 fidèles. Ce projet date quand même d'une vingtaine d'années… On aura enfin une mosquée! »

En attendant, pour mettre fin aux conflits de voisinage, un nouveau local a été trouvé, acheté et remis aux normes pour un million d'euros. « Il y avait notamment des soucis de stationnement, concède Najah Harchaoui. Ça donne une mauvaise image. Quand la Grande mosquée sera terminée, d'ici à deux ans, on aura un grand parking. Nous avons collecté deux millions d'euros pour sa construction et il faudra la même somme pour la terminer. »

«Il faut en finir avec l'islam des caves et des garages»

Du côté de Nogent-sur-Oise, une mosquée s'achève également et une autre va entamer sa construction. « Il faut en finir avec l'islam des caves et des garages. La politique était : Cachez ce sein que je ne saurais voir, résume le maire (LREM), Jean-François Dardenne. Dans notre ville, nous avons une communauté musulmane importante, avec plus de 5000 musulmans pratiquants. Ils doivent avoir des lieux adaptés où se recueillir. »

Newsletter L'essentiel du 60
Un tour de l'actualité de l'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

La municipalité a ainsi engagé un travail avec les associations représentatives pour trouver des terrains. Un premier projet à 900 000 euros, qui se poursuit cette année, verra la construction de la première mosquée digne de ce nom, rue Albert-Jacquart.

« Elle remplacera d'ici peu le foyer Adoma sur le quartier des Coteaux, trop exigu et fermé en 2017, apprécie l'édile. Elle est proche des habitations et aura un stationnement conséquent. En attendant, la communauté va prier à la mosquée de Montataire. » Pour ce qui est de l'autre projet, qui se monte au sein du quartier des Rochers, une campagne de dons démarre.