Oise : avec ses mosaïques, elle continue à faire vivre les défunts

Toone Nicol, artiste installée à Gouvieux, est spécialisée dans la décoration de pierres tombales. Elle est déjà intervenue à Fournival et Précy-sur-Oise.

 Gouvieux. Après avoir longuement échangé avec la famille du disparu, Toone Nicol réalise sa mosaïque en un mois et demi en moyenne.
Gouvieux. Après avoir longuement échangé avec la famille du disparu, Toone Nicol réalise sa mosaïque en un mois et demi en moyenne. DR

Son destin a basculé le jour où, lassée par une carrière de maître d'hôtel et « marre de servir les gens », elle a franchi la porte de l'atelier boutique de Thérèse Thoreux, une mosaïste parisienne. « J'ai eu une chance inouïe. Je suis devenue son assistante. Puis j'en ai fait mon métier. »

À bientôt 60 ans, Toone Nicol, installée depuis peu dans un atelier troglodyte à Gouvieux, met son talent au service des familles endeuillées. Autodidacte, spécialisée dans l'art funéraire, elle donne, à l'approche de la Toussaint, des couleurs et du sens aux pierres tombales. « À ma connaissance, je suis la seule mosaïste en France sur cette voie-là. »

Des dessins pour l'éternité

C'est, une fois de plus, le destin, qui a conduit l'artiste « à faire entrer la lumière entre les tombes ». « La dernière commande de Thérèse Thoreux était une sépulture, au cimetière Trocadéro. Elle est tombée malade. Je m'en suis occupée. » C'était un cheval bleu, toujours visible aujourd'hui.

DR
DR  

« C'est pour l'éternité », souligne Toone Nicol. Elle prépare sa mosaïque sur un filet dans son atelier avant de venir coller et jointer à l'époxy les carreaux sur la pierre tombale. Le grès cérame, les pâtes de verre ou bien les émaux de Briare utilisés sont inaltérables et résistent bien aux intempéries. Seule la faïence, sensible au gel, est prohibée.

« Ce ne sont pas de simples clients »

Elle conçoit le dessin avec la famille du défunt. Il y a toujours un clin d'œil à ce qu'aimait le disparu, comme une tortue pour un plongeur, un caducée pour un médecin ou une licorne pour un petit garçon.

« Les proches sont à la recherche d'autre chose que du granit noir ou gris. Je contribue à une étape du deuil. Ce ne sont pas de simples clients. Un lien fort se crée. Je les écoute, je les accompagne. Quand la mosaïque est posée, c'est une émotion incroyable. Je ressens leur gratitude, leur apaisement. »

DR
DR  

Décorer une pierre tombale de deux mètres sur un coûte en moyenne 4800 €. « Cela représente un mois et demi de travail. Chaque carreau est découpé un à un. C'est un métier de patience. » Comme il sera sublimé par la mosaïque, « ce n'est pas la peine d'acheter un monument onéreux », souligne Toone Nicol.

Dans le département, elle est intervenue au cimetière de Fournival et de Précy-sur-Oise. Sinon, elle travaille essentiellement en Ile-de-France. « Forcément, quand ils passent devant, les gens se posent des questions sur la personne disparue. Grâce au dessin, ils imaginent qui elle était. C'est une façon de continuer à la faire vivre. »

Plus de renseignements sur le site mozaiktoone.com.