Oise : 10 mois de prison pour avoir frappé son ex à coups de pied de biche

Les faits ont eu lieu dimanche matin, à Montataire. L’ex conjoint a percuté le véhicule de sa victime avant d’en briser toutes les vitres et de la frapper à plusieurs reprises. Il a été incarcéré ce lundi, à l’issue de l’audience au tribunal de Senlis.

 À sa sortie de prison, l’ex conjoint violent devra porter un bracelet anti-rapprochement qui alertera les autorités s’il tente d’entrer en contact avec sa victime.
À sa sortie de prison, l’ex conjoint violent devra porter un bracelet anti-rapprochement qui alertera les autorités s’il tente d’entrer en contact avec sa victime.  LP/Olivier Arandel

« Je ne sais pas ce qui se serait passé si je n'avais pas pu enclencher la première vitesse pour repartir. » Ce dimanche matin, à 8 heures, une habitante de Montataire a reçu des coups de pied de biche de la part de son ex-conjoint, lui occasionnant 10 jours d'ITT, un traumatisme difficile à évaluer et la sensation d' avoir tout simplement échappé à la mort. Elle témoignait ce lundi, en sanglots, devant le tribunal de Senlis.

Pourtant, le divorce avec son ex-mari, Ahmed I., 39 ans, se passait relativement bien. La séparation a été prononcée en juillet 2020 et, si l'homme est parti s'installer en Ille-et-Vilaine, il pouvait avoir l'enfant du couple à toutes les vacances scolaires, une organisation qui aurait dû être entérinée ce mardi devant le juge aux affaires familiales de Senlis.

Mais les relations entre ex-époux se détériorent il y a quelques semaines, lorsque Ahmed semble mécontent des conditions de vie de son fils dans le logement de sa mère. Et lorsqu'il se rend à Montataire, ce samedi 13 février, il compte bien voir son fils alors que ce n'est pas prévu et qu'il est censé le garder une semaine plus tard, pour les vacances scolaires.

« Je suis allé très loin »

Son ex-compagne refuse, ce qui va énerver l'homme qui s'en va en proférant des menaces. Après avoir passé la nuit dans sa voiture, Ahmed guette la sortie de son ex-femme en voiture. Il la percute violemment à l'arrière pour la contraindre à s'arrêter.

Un pied de biche à la main, il commence par briser toutes les vitres du véhicule de sa victime, avant de lui porter des coups à la tête, aux bras et aux jambes. « J'étais très fâché, elle m'a insulté, je suis allé très loin, je ne suis pas quelqu'un de violent, je n'aurais pas dû faire ça », explique Ahmed dans le box des prévenus.

Interpellé sur les lieux de l'agression

Ahmed sera interpellé sur les lieux de l'agression tandis que sa victime arrive terrorisée et blessée au commissariat de Creil. Jusqu'alors inconnu de la justice, Ahmed I. ne paraît pas être en mesure de comprendre l'extrême gravité de ses actes. « À quelques minutes près, c'est peut-être devant un juge d'instruction avant la cour d'assises qu'il aurait comparu », remarque la substitut du procureur.

Le tribunal l'a finalement condamné à 22 mois de prison dont 12 mois de sursis probatoire. Compte tenu de la gravité des faits, les juges ont décerné un mandat de dépôt pour la partie ferme de 10 mois. À sa sortie, il devra porter un bracelet anti rapprochement, matérialisant l'interdiction d'entrer en contact avec son ex-épouse.