Nadir Necer : « Il faut créer si on veut continuer d'exister »

Ce chef d'entreprise d'une société de mécanique et d'outillage participe au concours Lépine, à Paris, et présente trois de ses inventions. Deux autres créateurs de l'Oise concourent également.

Nadir Necer : « Il faut créer si on veut continuer d'exister »

Il caresse le doux rêve de pouvoir un jour dégager un chiffre d'affaires généré pour moitié par la vente de ses produits innovants. Pour l'instant la sous-traitance mécanique courante représente encore 98 % de l'activité de sa société.

Jusqu'au 11 mai, Nadir Necer, patron de SMOW à Bresles, une société de mécanique et d'outillage, expose trois de ses dernières inventions à la Foire de Paris, porte de Versailles. Cet ingénieur de 56 ans participe au concours Lépine pour « se positionner dans une démarche de produits innovants, pour acquérir une notoriété, et dans l'espoir de trouver des partenaires », explique-t-il. Nadir Necer est un pragmatique : « J'ai la fibre de la création. C'est aussi une nécessité si on veut continuer d'exister, lâche-t-il. Il ne faut pas dépendre que des donneurs d'ordre. Il faut créer ses propres produits. »

Il a déjà remporté des médailles en 2009

Avec son équipe, il a inventé Rénov bougies, un outil qui décrasse les bougies de moteurs : « Au lieu de prendre une brosse, on a eu l'idée de mettre une multitude d'aiguilles dans un tube. En le secouant, les aiguilles percutent les électrodes de la bougie et les nettoient ». Le produit, qui s'adresse aux particuliers comme aux professionnels, devrait être commercialisé cette année, 36 EUR pièce.

A la Foire de Paris, Nadir Necer présente aussi deux innovations conçues pour l'industrie : le Scarificateur (qui vérifie l'adhérence du vernis ou de la peinture sur un support verre ou acier) et Maintien de bouteilles (un système qui permet, comme son nom l'indique, de maintenir et de transporter des bouteilles).

Par expérience, le chef d'entreprise sait qu'il faut être patient avant de commercialiser à grande échelle ses produits. En 2009, il avait remporté une médaille de bronze au concours Lépine, et une en or en Suisse pour son Gener'chocs, un outil qui permet de dévisser des vis bloquées ou grippées. « On a eu quelques ventes, mais pas autant que je l'aurais souhait?, confie-t-il.

Ancien technicien chez Renault, il a fondé sa société en 1992. L'entreprise a fabriqué des pièces mécaniques d'abord pour l'automobile, puis a élargi son champ à l'agroalimentaire et l'énergie nucléaire. Aujourd'hui SMOW emploie quarante-neuf salariés et compte parmi ses clients Alstom, Saverglass, Nestlé, Agco... Il devrait déposer d'ici à la fin de l'année, trois autres nouveaux brevets.