Le Pavillon de chasse de l'impératrice Eugénie sera vendu

Les Finances publiques annoncent sur leur site Internet une cession du bâtiment, en mauvais état, prévue pour 2017.

L’épouse de Napoléon III avait fait construire le Pavillon de chasse à Vieux-Moulin, en 1861.
L’épouse de Napoléon III avait fait construire le Pavillon de chasse à Vieux-Moulin, en 1861.  LP/V.G.

Au détour du site Internet des Finances publiques, ces quelques lignes. « Maison forestière des Etangs de Saint-Pierre : cession à venir ». En quelques mots, c'est un lieu historique de la forêt de Compiègne, situé à Vieux-Moulin, qui pourrait être cédé. Propriété de l'Etat, qui avait confié sa gestion à l'office national des forêts (ONF), ce lieu est connu des Compiégnois comme le Pavillon de chasse de l'impératrice Eugénie.

L'épouse de Napoléon III avait fait construire cet édifice en 1861 pour accueillir les invités de l'empereur. Autant dire que le bâtiment fait partie de l'ADN impérial de Compiègne. « Je suis très surprise de la manière de faire et je n'étais pas au courant », s'étonne Béatrice Martin, maire de Vieux-Moulin, qui a découvert la parution sur le site des Finances publiques. L'agglomération de Compiègne (ARC) admet aussi « ne pas avoir été prévenue ».

Du côté des Finances publiques, on confirme à demi-mot : « Il n'est pas encore officiellement en vente, et nous ne pouvons pas communiquer sur cette éventualité. Quant à la publication sur notre site, il s'agit d'informer le public. » Reste toutefois cette phrase en ligne, indiquant « année prévisionnelle de cession : 2017 ». « Vu l'état actuel du bâtiment, ce ne serait pas une mauvaise chose qu'il soit cédé », affirme Béatrice Martin. Restauré en partie il y a une vingtaine d'années, le pavillon serait en effet dans une condition « déplorable », dénonce l'édile. « Les fenêtres sont cassées et des oiseaux ont pénétré dans les lieux, les tapisseries se décollent, c'est dommage. » La dernière opération sur place organisée par l'ONF est une exposition, en 2011.

Reste désormais la question de l'avenir du bâtiment. L'ARC « n'a pas de projet ». Vieux-Moulin en a, mais n'a « pas les moyens, avoue Béatrice Martin. J'espère en tout cas que le Pavillon restera dans le patrimoine de l'Etat. Cela fait partie de notre histoire, ce lieu forme un tout avec le château de Pierrefonds et le Palais impérial. »