Laurence Rossignol, vice-présidente du Sénat : «L’Oise n’aura pas à souffrir de mon nouvel emploi du temps»

La sénatrice (PS) de l’Oise vient d’être nommée deuxième vice-présidente de la chambre haute du parlement. Elle assure que ces nouvelles fonctions ne se feront pas au détriment de « son » département.

 Laurence Rossignol, la sénatrice (PS) de l’Oise a été nommée pour le groupe « Socialiste, Écologiste et Républicain » parmi les huit vice-présidents que compte le nouvel organigramme.
Laurence Rossignol, la sénatrice (PS) de l’Oise a été nommée pour le groupe « Socialiste, Écologiste et Républicain » parmi les huit vice-présidents que compte le nouvel organigramme. LP/Frédéric Dugit

Après Carole Bureau-Bonnard, vice-présidente de l'Assemblée nationale de 2017 à 2019, l'Oise compte désormais une deuxième vice-présidente au Sénat.

Dans la foulée des élections sénatoriales, Laurence Rossignol, Compiégnoise et sénatrice (PS) du département, a été nommée mardi pour le groupe « Socialiste, Ecologiste et Républicain » parmi les huit vice-présidents que compte le nouvel organigramme.

Laurence Rossignol, vice-présidente du Sénat : «L’Oise n’aura pas à souffrir de mon nouvel emploi du temps»

Avant sa « rentrée des classes » ce mercredi soir au palais du Luxembourg, l'ancienne ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes s'est confiée au Parisien.

Cette nomination à la vice-présidence du Sénat est-elle une surprise ou étiez-vous candidate ?

LAURENCE ROSSIGNOL. Dans la vie, il est rarissime que vous obteniez quelque chose que vous n'avez pas demandé. Il y a 65 membres au sein du groupe socialiste pour un seul poste à briguer pour la vice-présidence. Je me suis donc bien portée candidate, pour représenter dignement le sénat ainsi que ma famille politique. J'aime la loi bien faite, dans une élaboration collective, j'aime ce travail législatif de qualité et cela m'intéresse d'y participer avec cette nouvelle responsabilité.

Cette nomination va-t-elle vous permettre de peser davantage sur les sujets que vous défendez ?

Je suis effectivement connue pour mes engagements sur le plan social, féministe, écologiste, ou encore contre la chasse à courre. Et je n'ai pas été nommée à ce poste de vice-présidente en mettant mes convictions dans ma poche. Au contraire, je continuerai à les porter plus haut et plus fort dans cette fonction.

Gérard Larcher, le président (LR) du Sénat, est un fervent défenseur du monde de la chasse. Le dialogue est-il possible entre vous ?

Au sénat, personne ne vient avec sa gibecière (NDLR, le sac où le chasseur met son gibier). Je connais les positions de Gérard Larcher sur la chasse et il connaît les miennes. Les sujets sur lesquels nous sommes en désaccord sont toujours évoqués ici de façon cordiale et je continuerai notamment à réclamer la fin de la chasse à courre. Il faut changer la loi!

Cette nouvelle fonction ne risque-t-elle pas de vous éloigner du département ?

C'est une responsabilité certes prenante, mais l'Oise n'aura pas à souffrir de mon nouvel emploi du temps que je vais découvrir ce mercredi soir, notamment pour la présidence des séances plénières. Le temps passé dans ma nouvelle fonction se fera au détriment d'un livre que je ne lirai pas, d'une série que je ne regarderai pas, mais pas au détriment de mon département…

VIDÉO. Un cerf poursuivi par une chasse à courre se réfugie à Compiègne