Dans les drives de l’Oise, «il y a le prix, mais aussi le service qui compte»

Entre le plus cher, à Neuilly-en-Thelle, et le moins cher, à Beauvais, pour des achats identiques, il y a 48 euros d’écart. Un monde pour certains foyers aux revenus limités. L’UFC Que-Choisir vient de publier une étude comparant les prix des 56 drives du département.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Les drives des magasins E. Leclerc, comme ici au Plessis-Belleville, sont les moins chers du département.
Les drives des magasins E. Leclerc, comme ici au Plessis-Belleville, sont les moins chers du département.  LP/Simon Gourru

Ils sont désormais monnaie courante, pour ne pas dire omniprésents. Plus un supermarché, ou presque, qui n'a pas un panneau « Drive » accolé à son enseigne. Une récente enquête de l'association de consommateurs UFC-Que choisir s'intéresse aux prix pratiqués aux quatre coins du département. Elle dénombre 56 de ces équipements, toujours plus nombreux.

Jugez par vous même : fin 2012, le Parisien titrait « Les drives passent la vitesse supérieure » avec l'arrivée du quatorzième du genre dans le département. En 2010… Il n'y en avait tout simplement pas dans l'Oise. « C'est désormais incontournable, réagit le gérant de l'un d'entre eux », installé dans le Compiégnois.

Selon lui, « les consommateurs aiment alterner entre courses en magasins, pour avoir du choix, et le drive, quand ils manquent de temps ». Autrement dit, ne pas proposer ce service peut conduire le client à changer de crémerie. « J'aime bien retrouver à chaque fois les mêmes produits, confirme Anne, une mère de famille. Et donc rester dans le même magasin. »

Dans les drives de l’Oise, «il y a le prix, mais aussi le service qui compte»

Pour autant, les structures qui ne sont pas adossées à des supermarchés, à l'image de l'enseigne Chronodrive, rencontrent un grand succès. En témoigne « la guerre des créneaux horaires » survenue lors du premier confinement : le drive compiégnois, n'a pas désempli, au point qu'obtenir un rendez-vous était devenu compliqué.

Il y en a donc pour tout le monde, ou presque. Alors comment choisir ? C'est surtout, souvent, une question de prix. Or, selon l'endroit où l'on vit, le coût des produits varie fortement, y compris au sein d'une même enseigne. Allez expliquer à un client de l'Intermarché d'Orry-la-Ville qu'il paye le même chariot 30 euros plus cher que son concitoyen de Senlis.

Si la taille des magasins — respectivement « super » et « hyper » — diffère, « ce qui peut expliquer pourquoi, cela reste difficile à admettre », regrette un habitant de la Cité royale. Avant de hausser les épaules. « De toute façon, on va généralement au plus près, on n'a pas vraiment le choix. »

Le meilleur prix, quitte à rouler un peu ?

Pas si sûr. « Ici, j'achète moins cher », clament les devantures des magasins E. Leclerc. Et selon l'UFC-Que choisir, c'est vrai. « À partir du moment où nous sommes déjà l'hypermarché le moins cher, il est assez logique qu'il en soit de même pour le drive », note un patron du sud de l'Oise.

Newsletter L'essentiel du 60
Un tour de l'actualité de l'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

Ainsi, quitte à prendre la voiture, Stéphane n'hésite pas : habitant du centre de Compiègne, il pousse jusqu'au E. Leclerc le plus proche, à Lacroix-Saint-Ouen. Pour autant, l'argent n'est pas la seule priorité des clients. « Il y a le prix, mais aussi le service qui compte », confirme Sarah, également Compiégnoise. Et à ce jeu-là, Chronodrive s'en tire selon elle avec les honneurs.

« Les jeunes qui y travaillent ont toujours le sourire et, surtout, quand on commande quelque chose, on est sûr de l'avoir, souligne-t-elle. Avant, j'allais au plus proche, un drive collé à un magasin, mais un soir, tard, il manquait les couches et le lait pour bébé alors que je n'avais plus de réserve. Le genre de galère qu'on n'oublie pas et qu'on fait tout pour éviter… » Quitte à faire quelques kilomètres, voire à payer un peu plus cher.

Testez les drives près de chez vous avec le comparateur

Pour réaliser cette enquête, l'UFC-Que choisir a constitué un panier de 103 produits de marques nationales et de marques de distributeurs achetés régulièrement par les consommateurs (épicerie, boissons, viandes, bio, etc.) et représentatifs de la consommation française d'une famille de quatre personnes.

Une fois par mois, les prix de ces produits sont relevés, par Internet, sur les services drives des principales enseignes de la grande distribution alimentaire (hors hard discount) : Auchan, Carrefour, Casino, Colruyt, Cora, E. Leclerc, Intermarché et Système U. En moyenne, l'UFC-Que choisir enquête 4000 magasins drives et relève 300000 prix.

Chaque utilisateur peut sélectionner son profil (célibataire, famille avec enfants ou couple sans enfant) et renseigne son code postal pour accéder aux supermarchés à côté de chez lui. Il peut trouver le prix du panier moyen de son magasin par rapport à ses concurrents ; le détail des prix pour les grandes marques, les marques de distributeurs et les produits bio ; et le détail des prix pour tous les rayons du magasin.