Dans l’Oise, les rivières débordent et les habitants s’organisent

Villages inondés, routes barrées et ragondins plus hardis que jamais : le département est confronté à de fortes crues. Les niveaux d’eau pourraient même avoisiner ceux de 2011, année dont se souviennent, en mal, les habitants concernés.

 Ce jeudi, à Appilly. Avec la montée des eaux, treize maisons ont été inondées.
Ce jeudi, à Appilly. Avec la montée des eaux, treize maisons ont été inondées. LP/Juliette Duclos

Aux abords des chemins, on peut apercevoir des champs inondés et des tronçons d'arbres qui flottent. Que ce soit entre Thourotte et Cambronne-lès-Ribécourt ou entre Mouy et Hondainville, ou à Choisy-au-Bac, ou à Longueil-Annel, ou à Pont-Sainte-Maxence… Bref, un peu partout, des routes ont été coupées par la montée des eaux et de nombreuses caves sont inondées.

Ça y est, les cours d'eau débordent, et notamment l'Oise. « Il y a même des ragondins qui se baladent à tes pieds », raconte une Compiégnoise. Au point que l'intégralité du département est placé en vigilance Orange par Météo France, le secteur le plus touché étant l'axe entre Noyon et Creil, en passant par Compiègne. Autrement dit, la Vallée de l'Oise.

« Des débordements dommageables sont en cours dans le Noyonnais », précise Vigicrues. Et cette année encore, les niveaux sont particulièrement élevés : la rivière a atteint les 4,42 m à Sempigny, contre 3,6 normalement, selon le site Internet spécialisé. Pas si loin donc, de la crue de 2011 et de ses 5,18 m…

Compiégnois : les habitants appelés à « surélever les objets placés dans les sous-sols »

Au barrage de Venette, où « des débordements importants et dommageables sont en cours », la cote relevée avoisine les 5,10 m. « Elle pourrait atteindre 5,40 m dans les prochaines 24 heures », annonce-t-on à l'Agglomération de la région de Compiègne (ARC), qui invite les habitants « à surélever les objets placés dans les sous-sols et garages ».

Un peu partout, les municipalités s'activent. À Montmacq, une digue anti-inondations a été mise en place sur la RD66 par la municipalité pour protéger les habitations, alors que l'eau a d'ores et déjà envahi la chaussée. À Longueil-Annel, ce sont des navettes qui circulent, « afin que les habitants du Beau Rivage puissent vaquer à leurs occupations », quelques parpaings ont également été distribués pour surélever frigos, lits ou machines à laver…

Un cumul de pluie hors normes

Derrière ces crues, les fortes intempéries de ces derniers jours. Entre le 24 et le 31 janvier, des cumuls de pluie compris entre 30 et 80 mm ont été mesurés sur l'ensemble de la région, rappelle la préfecture des Hauts-de-France. À titre de comparaison, les valeurs moyennes observées pour un mois de janvier entier sont comprises entre 60 et 110 mm…

Et cela ne devrait pas s'arrêter de sitôt. « Les pluies accumulées depuis Noël ont saturé les sols », explique un élu du sud de l'Oise. Ainsi, la terre et les cours d'eau étant saturés, ils ne peuvent plus absorber les nouvelles averses « sans déborder largement ».