Dans l’Oise, le Covid-19 a détruit 7800 emplois depuis le début de l’année

Selon l’Insee, l’Oise est le département où l’emploi salarié a le plus reculé dans la région, avec la Somme et l’Aisne.

 Au second trimestre 2020, le nombre de demandeurs d’emploi se monte ainsi à 71 020 personnes, contre 67 100 à la fin du premier trimestre.
Au second trimestre 2020, le nombre de demandeurs d’emploi se monte ainsi à 71 020 personnes, contre 67 100 à la fin du premier trimestre. LP/Alexis Bisson

Les responsables politiques n'ont eu de cesse de le marteler ces derniers mois : la crise sanitaire liée au Covid-19 sera aussi une crise économique et sociale.

Dans son dernier point de conjoncture sur l'activité économique, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) apporte ainsi de premières sombres projections.

À l'image de la région Ile-de-France, où « la crise sanitaire a frappé de plein fouet l'économie », les Hauts-de-France subissent, eux aussi, les effets de la pandémie depuis le début de l'année.

En un an, l'emploi salarié dans l'Oise a chuté de 3,1 %

À l'échelle de la région, « l'emploi salarié est au plus bas depuis cinq ans », constate ainsi l'organisme dans son rapport.

Dans l'Oise, l'emploi salarié total se monte, au deuxième trimestre 2020, à quelque 243 600 personnes. Le département de 825 000 habitants comptait 244 100 emplois salariés au premier trimestre 2020 et plus de 251 000 au second trimestre 2019. En un an, l'emploi salarié dans l'Oise a donc chuté de 3,1 %.

« Sur un an, l'Oise, la Somme et l'Aisne sont les départements des Hauts-de-France les plus touchés par le recul de l'emploi salarié, confirme l'Insee dans son point de conjoncture. La baisse atteint 3,6 %, soit 1,2 point au-dessus des moyennes régionale et nationale. »

En trois mois, au deuxième trimestre 2020, l'économie oisienne a donc perdu 500 emplois (« stable » dit l'Insee), auxquels il faut ajouter les 7 300 détruits au premier trimestre. Soit, au total, quelque 7 800 emplois en moins depuis le début de l'année.

«Baisse du chômage en trompe-l'œil»

Au second trimestre 2020, le taux de chômage dans le département atteint 7,3 % de la population active contre 8,3 % il y a un an. « Une baisse du chômage en trompe-l'œil », prévient l'étude, qui précise que l'Oise « reste proche de la moyenne nationale ».

L'étude s'intéresse par ailleurs aux conséquences de la crise sanitaire, secteur par secteur, à l'échelle régionale. « Au sein des services marchands, l'hébergement-restauration dans les Hauts-de-France est particulièrement touché par les conséquences du confinement, détaille ainsi l'Insee. Ce trimestre, l'emploi y diminue de 4,4 % (- 3 000 postes). Le recul dans l'Oise est marqué avec respectivement une baisse de 4,9 % sur le trimestre et de 9 % sur les 12 derniers mois. »

La construction résiste

La crise n'a toutefois pas eu (pour l'heure) d'incidence sur le secteur de la construction. Le nombre de logements autorisés sur un an dans l'Oise était ainsi de 4 100 en juin contre 4 000 trois mois plus tôt. Même chose pour le nombre de logements « commencés » sur un an, en hausse de 3,4 % entre le premier et le second semestre.

« Ce trimestre, le nombre de permis de construire de logements neufs se contracte fortement, et ce de façon plus marquée dans la région qu'au niveau national, précise l'institut. Seul le département de l'Oise ne suit pas cette tendance. »

Sans surprise, la crise sanitaire se ressent également sur la création d'entreprises dans le département avec une baisse de 3 % du nombre de créations entre juin et mars 2020 (6 547 contre 6 749). « Les créations d'entreprise reculent fortement, souligne l'étude. Alors que la barre des 13 000 entreprises créées par trimestre était en passe d'être franchie en Hauts-de-France début 2020, un peu plus de 10 000 ont été enregistrées au deuxième trimestre, soit une baisse de 9,7 % au cours des trois derniers mois. Sur un an, le recul atteint 15 % dans la région. »