Dans l’Oise, 3 tonnes de poissons retirées de l’étang d’Alexandre Dumas avant sa mise à sec

Les brochets, carpes et gardons ont été prélevés dans le cadre d’une pêche de sauvetage dans l’étang de Wallu, à Vez. Ce dernier va devoir être asséché dans les prochains jours.

 Avant d’être mis à sec, près de trois tonnes de poissons ont été extraites de l’étang de Wallu, classé Natura 2000, à Vez.
Avant d’être mis à sec, près de trois tonnes de poissons ont été extraites de l’étang de Wallu, classé Natura 2000, à Vez. LP/Alexis Bisson

La consigne est écrite noir sur blanc au bord de l'étang de Wallu, à Vez : « Étang privé, pêche interdite. » C'est pourtant bien à une pêche miraculeuse que se sont livrés ces derniers jours les professionnels de la Fédération de l'Oise pour la pêche et la protection du milieu aquatique.

Des carpes, des perches, quelques brochets, beaucoup de gardons… Au total, près de trois tonnes de poisson ont été prélevées au sein de cet étang classé Natura 2000 de 4 ha, situé sur la commune de Vez.

Une pêche dite « de sauvetage », réalisée en urgence avant que la vaste étendue d'eau ne soit complètement asséchée dans les prochains jours.

L’étang de Wallu, à la source de la rivière Automne, s’étend à perte de vue. LP/A.B.
L’étang de Wallu, à la source de la rivière Automne, s’étend à perte de vue. LP/A.B.  

La faute à un problème de voirie détecté sur le chemin communal qui fait office de barrage et relie la commune de Vez à celle de Vauciennes. Le trou dans la chaussée, au-dessus de l'eau, a contraint la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) à mettre l'étang à sec avant de réaliser des études.

« Il fallait sauver ces poissons »

Mais pas question pour autant de décimer ce « paradis piscicole », comme le dit Mireille, la propriétaire des lieux.

Les poissons prélevés ont ainsi été déplacés via des caisses oxygénées et remis dans des points d'eau voisins. « On espère qu'environ 75 à 80 % des poissons présents dans l'étang vont ainsi être sauvés, jauge Loïc Leroy, le directeur de la Fédération de pêche de l'Oise. Ça commençait à devenir critique pour eux. »

« Je dois quand même avouer que ça fait quelque chose, souffle la propriétaire, qui peut admirer depuis trente ans cet étang qui s'étend à perte de vue, à la source de la rivière Automne. Mais cette opération, c'est magnifique, une très belle initiative, il fallait sauver ces poissons. »

Un étang cher à Alexandre Dumas

Alors ce mercredi, c'est non sans émotion qu'elle relit un court extrait de « Retour au pays natal », d'Alexandre Dumas. L'auteur des Trois Mousquetaires, né à Villers-Cotterêts (Aisne), avait ainsi pris pour habitude de taquiner le poisson au bord de cet étang.

« La pêche, non plus aux goujons dans la rivière d'Automne, mais aux carpes dans l'étang, une pêche royale comme à Rambouillet et Fontainebleau, s'émeut Alexandre Dumas dans son ouvrage. Qu'on en juge : entre cinq ou six en deux jours nous prîmes deux cent trente carpes. C'est un joli chiffre, n'est-ce pas ? »

À la lecture de l'extrait, le chiffre avancé par l'écrivain français laisse rêveurs (et un brin songeurs) les pêcheurs. « Dumas, il était chasseur et pêcheur, il devait bien être un peu menteur », se marrent-ils.

Une fois les travaux réalisés sur la voie communale, l'étang pourra à nouveau être alimenté par la rivière Automne, en se remplissant en seulement quelques jours. En attendant, les poissons chers à Alexandre Dumas ont été sauvés.