Covid-19 : Beauvais candidate pour tester la réouverture des lieux culturels

Contrairement à ce qu’il s’est produit à Perpignan, pas question de forcer la main à la ministre de la Culture. Caroline Cayeux, maire (DVD) de Beauvais et présidente des villes de France, a soumis cette proposition à Roselyne Bachelot.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Beauvais, ce mardi. Si la ville obtient le feu vert du ministère, le Quadrilatère pourrait rouvrir ses portes pendant 15 jours.
Beauvais, ce mardi. Si la ville obtient le feu vert du ministère, le Quadrilatère pourrait rouvrir ses portes pendant 15 jours. LP/Patrick Caffin

« Nous sommes prêts à rouvrir ! » Le message que les acteurs culturels de Beauvais (Oise) ont envoyé au ministère de la Culture est on ne peut plus clair. Un cri du cœur concrétisé par la candidature de la ville pour devenir « une zone sanitaire expérimentale » qui permettrait « la réouverture des lieux culturels pendant deux semaines ».

A Perpignan, le maire (RN), Louis Aliot, a bien tenté, en vain, d'ouvrir les musées de sa ville sans autorisation. Mais pas question d'agir de la sorte pour Caroline Cayeux (DVD), son homologue beauvaisienne. « Je suis légaliste », rappelle l'élue, qui a chaussé pour l'occasion sa casquette de présidente des villes de France.

La maire espère une réponse «avant la fin du mois»

Elle a donc soumis à la ministre concernée, Roselyne Bachelot, cette proposition de zone test avec « l'application d'un protocole sanitaire plus strict défini avec les autorités de santé et les services préfectoraux ». Aujourd'hui, « la balle est dans le camp du ministère », résume Caroline Cayeux, qui espère « une réponse avant la fin du mois ».

Tout comme les potentiels spectateurs. « J'espère que Beauvais sera choisie, sourit Francis, un habitant. La réouverture des lieux culturels, je n'attends que ça. Je ne vois pas pourquoi ce serait plus dangereux de visiter un musée ou de voir une pièce de théâtre que d'aller dans un supermarché ou à la messe. »

De 50 à 150 visiteurs par jour au Quadrilatère

Un test qui concernerait le Quadrilatère, lieu d'expositions, mais aussi le théâtre ou encore la salle de l'Association culturelle Argentine (Asca). Marseille est devenue ville test pour les concerts, pourquoi pas Beauvais pour les musées ou le théâtre? En tout cas, la ville s'y prépare.

« Pour le Quadrilatère, ce test pourrait être mis en place facilement, assure Hélène Liteau-Basse, directrice des affaires culturelles de Beauvais. Avec 50 à 150 visiteurs quotidiens pour 2000 mètres carrés d'exposition, la distanciation peut passer à 50 mètres carrés par personne. »

«Plus sécurisé que n'importe quel commerce»

La ville veut surtout montrer qu'elle peut ouvrir en toute sécurité. « Avec un personnel d'accueil attentif au port du masque, des points de distribution de gel, un sens de circulation, une désinfection répétée du site, le musée est plus sécurisé que n'importe quel commerce », affirme Hélène Liteau-Basse.

Xavier Croci, le directeur du théâtre, est lui aussi enthousiaste. « Si on peut rouvrir, on fonce, lance-t-il. On annule les spectacles au coup par coup, tout est donc toujours possible. Le dispositif mis en place cet automne s'est montré ultra-performant. Avec un siège de séparation entre chaque groupe, on a une salle de 250 places. »

Prise de température à l'entrée des salles ?

La prise de température ou des tests à l'entrée de la salle pourraient venir s'ajouter à ces mesures. « Si c'est la condition pour rouvrir, ça ne doit pas être un problème », commente le responsable.

Du côté de l'Asca, on se montre un peu plus prudents. « La démarche est bonne car elle ferait revivre un modèle économique, confirme Sarah Cherfaoui, la directrice. Mais c'est un peu plus compliqué pour nous, notamment pour la salle de l'Ouvre-Boîte qui, en version assise avec une jauge de 50 %, tombe à 70 places au lieu des 600 habituelles. »

Newsletter L'essentiel du 60
Un tour de l'actualité de l'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

Du côté du département, on observe l'initiative avec bienveillance. « Il faut essayer de faire revivre la culture le plus tôt possible, indique Nadège Lefèbvre, la présidente (LR) de la collectivité. Si le ministère donne son feu vert, nous nous associerons à la démarche pour rouvrir le Mudo (NDLR : Musée de l'Oise). »