Covid-19 : 60 étudiants testés positifs à l’université de Beauvais

Si les résultats du dépistage de 400 élèves ne sont pas encore connus, 60 cas positifs ont d’ores déjà été recensés à l’école d’ingénieurs Unilasalle. À Compiègne, où 183 étudiants avaient été testés positifs, la vague semble passée et les cours reprendront jeudi.

 Les résultats du dépistage massif de 400 étudiants devraient être connus lundi.
Les résultats du dépistage massif de 400 étudiants devraient être connus lundi. LP/C.F.

« Ici on ne parle que de ça. » À Beauvais, l'école d'ingénieurs UniLaSalle était jusque-là passée entre les gouttes, mais son campus prend désormais des allures de foyer du Covid-19. Un dépistage massif a été mené en fin de semaine sur quelque 400 étudiants, majoritairement cas contacts.

Les résultats doivent être connus ce lundi, mais l'école, qui accueille 2170 élèves, dénombrait vendredi déjà « une soixante de cas », annonce Philippe Choquet, le directeur de l'établissement.

« On n'est pas censées être dehors »

Ce samedi après-midi, Claire, Marie et Marion, étudiantes de 2e année, s'octroient une petite sortie à l'extérieur du campus. « On n'est pas vraiment censées être dehors… » Car deux d'entre elles ont été dépistées positives au Covid-19 mercredi.

Depuis, les futures ingénieures sont confinées sur place, dans leurs chambres individuelles. Souffrant de symptômes depuis plusieurs jours, Marie et Marion avaient pris les devants en allant faire un test lundi dernier.

Vers un passage au cours en distanciel

Désormais, « on s'attend à ce qu'il y ait beaucoup plus de cas détectés avec ce dépistage massif », confie Philippe Choquet, qui a rendez-vous avec l'ARS lundi matin pour décider des mesures à prendre une fois les résultats connus.

« Cas contacts et cas positifs seront confinés comme c'était déjà le cas, et les cours magistraux passeront probablement en distanciel, prévoit le directeur. Nous allons également revoir à la baisse la jauge des travaux dirigés et des travaux pratiques pour éviter les contaminations. »

Pour l'heure, seul un cas positif a été détecté chez les enseignants. Les étudiants, eux, s'organisent. « On vit dans les chambres mais on laisse les portes ouvertes pour communiquer un peu », confie Marion. De par sa situation géographique et ses logements étudiants, UniLaSalle vit en vase clos sur les hauteurs de Beauvais : cela a pour avantage de ne pas trop mêler les étudiants à la ville et l'inconvénient, en cas d'épidémie comme celle-ci, de propager rapidement le virus en interne.

À l'UTC, « notre vague est passée, tout est au vert »

UniLaSalle avait pourtant pris les devants en insistant, nous disait son directeur en septembre, sur la communication. « Dès qu'on a des symptômes, on se confine et on envoie un mail au référent Covid de l'école, explique Paul, étudiant détecté positif lui aussi. Ensuite l'ARS appelle les cas contacts et ils nous disent de rester chez nous pendant une semaine. »

Le plus difficile, dans tout cela, « c'est de suivre les cours à distance, même si depuis le vrai confinement, la direction a mis tout ce qu'il faut en place », reconnaît Benoît. La direction espère de son côté passer cette tempête Covid au plus vite. « Lorsque l'UTC a été sévèrement touchée, nous étions encore épargnés mais je ne préférais pas fanfaronner. Puis en une semaine, tout a basculé », confie Philippe Choquet.

À l'UTC justement, on respire à nouveau. « Notre vague est passée, tout est au vert chez nous, se réjouit-on ce dimanche du côté de l'université compiégnoise. On n'a quasiment plus de cas. » L'établissement dispense tous ses cours à distance depuis le 1er octobre après que 183 des 1000 étudiants régulièrement présents dans les locaux (sur 4000 inscrits) ont été testés positifs au Covid-19 fin septembre. L'UTC accueillera de nouveau ses étudiants en présentiel à partir de jeudi.