Braquage sur l’A1 : un camion de cigarettes volé et un chauffeur abandonné à moitié nu

Un commando armé s’est emparé d’un chargement de tabac mardi, près du péage de Chamant, dans l’Oise. Le chauffeur, en état de choc, a prévenu les secours. Le préjudice est estimé à plus de 500 000 euros.

 Pour quitter l’autoroute A1, le commando a forcé ce portail normalement réservé aux secours et à la Sanef, à hauteur de Brasseuse.
Pour quitter l’autoroute A1, le commando a forcé ce portail normalement réservé aux secours et à la Sanef, à hauteur de Brasseuse.  LP/Hervé Sénamaud

La scène a été ultra-violente. Mardi matin, vers 4 heures, le conducteur d'un semi-remorque qui circulait sur l'autoroute A1 dans le sens Paris-Lille a été bloqué par « plusieurs véhicules dont a priori un autre camion », indique une source proche de l'enquête.

Juste avant le péage de Chamant (Oise), le chauffeur a alors vu sa vitre voler en éclats. Plusieurs hommes cagoulés et armés l'ont ensuite extrait de son poids lourd avant d'en prendre le contrôle et de reprendre la route, emportant l'homme avec eux.

Des palettes de cigarettes chargées dans la nuit en Seine-et-Marne

Leur objectif était le contenu du camion à destination de la Somme : de nombreuses palettes de cigarettes chargées un peu plus tôt dans un entrepôt de Seine-et-Marne. Selon nos informations, le préjudice s'élève à plus de 500 000 euros.

Après avoir franchi le péage, qui voit passer entre 70 000 et 100 000 véhicules par jour, le commando a forcé la grille d'une sortie réservée aux équipes de secours et à la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef), au niveau de la commune de Brasseuse. Un endroit qui permet de rejoindre aisément les routes départementales.

«Ils lui ont dit de courir tout droit dans un champ sans se retourner»

« Il faut avoir repéré pour connaître cette sortie et faire sauter le cadenas », fait remarquer un enquêteur. Ce mercredi, sur place, seul un fil de fer a été installé pour refermer cette grille. Sur ce petit chemin, assez large et carrossable, les voleurs ont dénudé partiellement le malheureux conducteur, lui laissant pour seul vêtement son pantalon.

« Puis, ils lui ont dit de courir tout droit dans un champ sans se retourner. Sûrement le temps qu'ils transvasent une partie du chargement. Cela doit être effrayant », s'inquiète un proche du dossier. La victime appellera elle-même les secours avant d'être évacuée, en état de choc, vers l'hôpital de Senlis.

«Les livreurs en sortent vraiment traumatisés»

L'enquête ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille pour vol aggravé en bande organisée a été confiée à la section de recherches d'Amiens (Somme) et à l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). Car cette attaque spectaculaire n'est pas un cas isolé.

Depuis ce même entrepôt de Seine-et-Marne, c'est selon nos sources au moins la sixième attaque de cette nature, dont trois braquages de camions, depuis le début de l'année. « A chaque fois, les livreurs en sortent vraiment traumatisés », regrette Serdar Kaya, président du syndicat des buralistes de l'Oise.

«Nous ne sommes jamais livrés le même jour»

Pourtant, les professionnels assurent prendre des mesures. « Nous ne sommes jamais livrés le même jour, ni à la même heure, nous n'en parlons pas à nos clients et parfois, pour des secteurs plus sensibles, un véhicule de sécurité accompagne le transporteur », énumère le buraliste compiégnois.

L'Organisation des transporteurs routiers européens (Otre) tente aussi de protéger ses conducteurs. « Ces camions sont banalisés pour être les plus anonymes possible, mais cela les rend vulnérables aussi, explique-t-on. Mais pour ce genre de fret à risque, les voleurs ont des indicateurs… »

«Du tabac volé ou de contrebande, il y en a beaucoup dans le secteur de Creil»

Ce spectaculaire braquage n'est pas une première dans le département, qui a également connu ce type de faits, avec un mode opératoire très similaire, concernant notamment des chargements de parfums de luxe, beaucoup étant produits dans l'Oise.

Et si ces attaques sont rares dans les agglomérations surveillées par les effectifs de police nationale, ce sont les trafics qui en découlent qu'observent les fonctionnaires. « Du tabac volé ou de contrebande, il y en a beaucoup dans le secteur de Creil », signale Olivier Dimpre, le directeur départemental de la sécurité publique.

2,5 tonnes de tabac saisies en 2019 par les douanes

« C'est pourquoi nous menons régulièrement, en coopération avec les douanes, des opérations pour saisir ces cigarettes », poursuit le responsable. Car depuis 2019, les douanes peuvent s'appuyer sur un système de traçabilité des paquets et cartouches de cigarettes. « Celui-ci permet d'identifier le paquet, que nous pouvons ainsi affirmer issu d'un vol lorsqu'on le retrouve », précise Philippe Marnat, directeur des douanes de Picardie.

En 2019, ce sont ainsi 2,5 tonnes de tabac, une hausse de 6,5 % par rapport à 2018, qui ont été saisies par les douanes de Picardie. Une bonne partie sur l'autoroute A1, l'une des plus fréquentées d'Europe, mais aussi à l'aéroport de Beauvais.