Boulogne-Billancourt : expérience réussie pour la famille Kretz, les «Stéphane Plaza du luxe»

Dix jours après la diffusion de l’émission « L’Agence » sur TMC, consacrée à leur vie d’agents immobilier dans le luxe, la famille Kretz se dit ravie de sa participation et des effets bénéfiques pour son métier.

 Boulogne. Pour les sept membres de la famille Kretz, leur exposition télévisuelle leur a permis de gagner en notoriété.
Boulogne. Pour les sept membres de la famille Kretz, leur exposition télévisuelle leur a permis de gagner en notoriété. DR.

Depuis une semaine et la diffusion du dernier épisode, le téléphone sonne un peu plus. « Je décroche toujours! Pas de blagues ou de critiques, que des compliments », s'étonne presque Sandrine Kretz. Elle et sa famille ont été, trois semaines durant, les stars d'un nouveau programme lancé par la chaîne TMC, « L'Agence », une immersion dans leur quotidien d'agents immobilier de luxe, installés à Boulogne-Billancourt depuis plus de dix ans.

Pourtant, la famille a d'abord hésité avant d'accepter d'être suivie durant soixante jours de tournage, qui ont donné lieu aux cinq épisodes diffusés entre le 24 septembre et le 8 octobre. « Nous évoluons dans un milieu où la discrétion est une des principales valeurs, note Sandrine. Au final, c'était une super expérience à tous les niveaux. On nous voit vraiment tels que nous sommes. »

Leur motivation était double « Revaloriser le métier et faire profiter tout le monde des biens que l'on a la chance de voir », synthétise Valentin Kretz, le deuxième de la fratrie.

«Cela a permis d'humaniser la profession»

C'est la société de production Réservoir Prod, déjà à l'initiative de « Maison à Vendre » ou « Recherche appartement ou maison » sur M 6, qui est venue chercher les Kretz. « Je pense qu'ils voulaient faire un Stéphane Plaza version luxe », avance la mère.

Avec Sandrine et Olivier, les parents, Martin, Valentin et Louis qui travaillent avec eux, le petit dernier Raphaël, encore au lycée, ou encore la grand-mère Majo, le casting était déjà tout fait. « C'est vrai qu'il y avait déjà du contenu pour eux », sourit Valentin.

Mais alors que les programmes de M 6 se concentrent essentiellement sur les visites immobilières, Réservoir Prod a adopté un ton différent pour « L'Agence ». L'accent est aussi bien mis sur les propriétés de luxes que sur la vie de la famille, donnant un aspect storytelling qui a pu étonner.

« Pour moi, cela a permis d'humaniser la profession, défend Valentin. C'était intéressant de voir les deux aspects et montrer que les gens qui travaillent dans le luxe ne sont pas forcément inatteignables. »

Dans une première vie, Olivier travaillait dans les télécoms et Sandrine était institutrice

Certaines barrières ont tout de même été posées par la famille. « Comme pour le mariage de Martin, où nous avons refusé de filmer dans l'église. Ou encore nos petits-enfants qui n'apparaissent pas », tempère Sandrine.

Une exposition qui leur a permis de gagner en visibilité. « Que ce soit pour nous ou nos vendeurs, c'est un nouveau biais de vente, assume Valentin. Cela nous a aussi permis de nous développer, notamment en région, où nous sommes passés de dix à quinze agents. »

« Nous avions déjà grossi depuis le tournage, pour arriver aujourd'hui à une cinquantaine de personnes dans notre équipe, mais cela nous a permis de nous faire connaître, affirme Sandrine. C'est assez drôle, des gens appellent car ils ont aimé l'émission et veulent qu'on s'occupe de leur bien. »

Pour eux, la composition de la famille a permis aux téléspectateurs de s'identifier à certains membres. « C'est comme l'aîné qui joue le petit chef. Nous ne sommes pas les seuls à l'avoir », tacle en rigolant Valentin, à destination de son grand frère.

Pourtant, rien ne prédestinait cette famille de Hauts-de-Seine, passée par Clamart avant Boulogne, à évoluer dans ce milieu. Dans une première vie, Olivier travaillait dans les télécoms et Sandrine était institutrice, « Le luxe est arrivé à nous sur une opportunité », résume-t-elle.

En l'occurrence, un couple d'amis qui voulait vendre leur maison. « Nous avions envie d'un projet commun et tout est parti de là mais ce n'était pas simple. Il a fallu se former, se reconvertir. » En 2007, leur agence est lancée.

Rapidement, Martin, Valentin et Louis viendront gonfler les rangs, après des expériences personnelles. Si les trois aînés ont suivi la trace des parents, Sandrine réfute l'image des enfants qui n'aurait fait que reprendre l'affaire familiale. « Ils n'ont pas profité de notre réussite, nous avons lancé tout cela ensemble. »

La saison 2 en suspens

Mais les cinq numéros diffusés ont laissé les téléspectateurs sur leur faim. Notamment sur la décision de Martin, le fils aîné, de quitter la France pour le Portugal, qui est restée en suspens. « Tous les jours ou presque je reçois des messages pour demander ce qu'il a décidé de faire, se marre Valentin. Je pense que la production a voulu entretenir le suspense et cela a bien marché ! »

Car la diffusion d'une saison 2 n'est pas encore actée. « Les chiffres sont plutôt bons, mais ils attendent d'avoir ceux du replay pour prendre une décision », assure Sandrine.

Si la mère et le fils sont plutôt séduits à l'idée de repartir pour un tour, cela ne dépend pas seulement d'eux. « Nous sommes sept, à voir si tout le monde est disponible. Et c'est assez chronophage, nous sommes moins efficaces dans notre métier. »

Les Kretz restent satisfaits de l'image renvoyée, malgré quelques inquiétudes jusqu'à la diffusion. « Cela aurait pu nous diviser, mais c'est l'avantage d'être nombreux, si l'un prend la grosse tête, il y aura toujours quelqu'un pour lui dégonfler. »