Beauvais : les cyclistes se comptent pour faire nombre

L’association Vellovaque relève une augmentation des cyclistes dans la ville-préfecture. Elle réclame des aménagements pour leur laisser plus de place.

 Etienne Lemaire, président de Vellovaque, (à gauche) a organisé une opération de comptage des cyclistes en ville. Il a notamment rencontré Eric, 55 ans.
Etienne Lemaire, président de Vellovaque, (à gauche) a organisé une opération de comptage des cyclistes en ville. Il a notamment rencontré Eric, 55 ans.  LP

Le vélo est un moyen de déplacement de plus en plus utilisé en ville : il faut donc lui faire la place qu'il mérite. C'est le message que souhaite faire passer l'association Vellovaque, à Beauvais, qui milite pour la promotion du vélo comme déplacement alternatif à la voiture. Celle-ci a mené mardi une opération de comptage des cyclistes, afin de sensibiliser les élus.

« Entre 16h30 et 18h30, nous avons comptabilisé plus de 500 cyclistes sur dix points de passage, détaille Etienne Lemaire, le président de Vellovaque. C'est 38 % de plus que lors du comptage de juin 2016. Même s'ils n'ont rien de scientifiques, ces résultats sont très intéressants. »

Les cyclistes font remonter leurs doléances

Positionné au passage à niveau très fréquenté de la rue du Thérain, Etienne Lemaire a ainsi croisé Eric, 55 ans. Ce technicien effectue chaque jour son trajet domicile-travail à bicyclette, entre Saint-Paul et Beauvais. Soit 24 km aller et retour. « Mon entreprise me verse une indemnité kilométrique pour encourager l'usage du vélo, explique le cycliste qui profite de l'occasion pour exprimer ses doléances. Les pistes cyclables ne sont pas balayées. On crève tout le temps ! Et les carrefours ne sont pas du tout sécurisés. »

Des remarques dont l'agglo du Beauvaisis tiendra sûrement compte dans l'élaboration de son schéma directeur cyclable 2018-2022. Il s'agira notamment de « créer un réseau cyclable continu » en s'appuyant sur la Trans'Oise. Aujourd'hui, on compte environ 29 km de bandes et pistes cyclables à Beauvais. La ville consacre 80 000 € par an à ces aménagements.