Aéroport de Beauvais : une petite entreprise de l’Oise approvisionnera la nouvelle base Ryanair

Logistics on Flight, une petite entreprise de Chambly, est chargée d’alimenter en repas et en duty-free les avions de la compagnie low-cost. Un marché raflé à ses concurrents internationaux.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Ali Bouzamondo, le PDG de Logistics on Flight, charge les derniers chariots de bord de la compagnie irlandaise avant l’ouverture de la base Ryanair, ce vendredi.
Ali Bouzamondo, le PDG de Logistics on Flight, charge les derniers chariots de bord de la compagnie irlandaise avant l’ouverture de la base Ryanair, ce vendredi. LP/Patrick Caffin

Béziers, dans l'Hérault, et Tanger, au Maroc. Ce sont les deux destinations vers lesquelles partiront, ce vendredi et ce samedi, les deux premiers avions de la nouvelle base Ryanair, à l'aéroport de Beauvais. Pour la première fois, deux appareils vont en effet dormir dans l'Oise.

A terme, six avaient été annoncés. Mais à écouter le directeur général de la compagnie, Eddie Wilson, venu d'Irlande pour l'occasion, les ambitions sont plus grandes. « Il n'y a jamais eu de limite », assure aujourd'hui François Rubichon, président du conseil de surveillance de l'aéroport, qui évoquait en décembre 2019 « trois avions, pas plus » sur cette base.

La société a su répondre à l'appel d'offres en cinq jours

Quoi qu'il en soit, à deux pas du terminal 2, dans le hangar de 300 mètres carrés qui accueille la société LOF, pour Logistics on Flight, on s'active. Bien avant chacun des décollages, les trois salariés devront avoir terminé le recensement des produits et le chargement des 25 trolleys, ces chariots de bord destinés à la restauration et au duty free.

Cette « petite » entreprise spécialisée, basée à Chambly, a en effet réussi le tour de force de remporter le marché Ryanair. C'est donc elle qui s'occupera de la logistique de tous les avions de la compagnie low-cost irlandaise basés à Beauvais. Face à cette société créée en 2007, il y avait pourtant deux géants internationaux : Newrest et Servair.

« Cela s'est joué en cinq jours, relate Ali Bouzamondo, le PDG de LOF. C'est le temps qu'il nous a fallu pour réunir les autorisations, présenter notre projet et convaincre le client de signer le contrat mi-septembre. » Une réactivité hors norme qui a joué en sa faveur. L'avantage, peut-être, d'être un « petit outsider », souligne le responsable : « Nous avons comme particularité d'être très flexibles, sans une structure administrative lourde ».

Deux avions de Ryanair vont passer la nuit sur le tarmac à Beauvais dès ce vendredi. LP/Farida Chadri
Deux avions de Ryanair vont passer la nuit sur le tarmac à Beauvais dès ce vendredi. LP/Farida Chadri  

Une course contre la montre s'est ensuite engagée, afin que tout soit finalisé pour le 4 décembre. « Monter une telle opération en deux mois, c'est très compliqué, même si nous avions fait quelque chose de similaire pour ASL Airlines, avec notre antenne d'Aberdeen (Ecosse). » Un vrai savoir-faire.

Newsletter L'essentiel du 60
Un tour de l'actualité de l'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

« Chaque produit stocké est référencé sur une tablette, explique Ali Bouzamondo. Chaque vente retire automatiquement le produit. Au retour de l'avion, cela nous permet de faire le réassort et de connaître le nombre de produits à charger pour permettre à l'équipage de proposer l'intégralité de l'offre aux passagers. »

«Tout doit être prêt quand l'équipage arrive !»

Boissons, friandises, sandwiches mais aussi alcools, parfums, bijoux, tout arrive d'Irlande pour être stocké dans le hangar ultrasécurisé. Une heure avant le départ, les trolleys sont emmenés dans un camion jusqu'au « poste d'accès routier d'inspection filtrage (Parif) » où il sera contrôlé par les douanes avant d'être chargé à l'arrière de l'avion. « Tout doit être prêt quand l'équipage arrive ! »

Dans le milieu aéroportuaire, LOF commence à se faire une belle réputation. Depuis sa cuisine centrale, installée au sein du siège social, à Chambly, la société travaille avec des compagnies aériennes et une clientèle privée haut-de-gamme, à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. « Cela peut aller de la livraison de plateaux-repas à des dîners raffinés servis dans un jet en passant par un cadeau à livrer pour un client. »

Ce sont la qualité des prestations qui ont fait que LOF a été remarquée par Edo Friart, le directeur de la Sageb (Société aéroportuaire de gestion et d'exploitation de Beauvais), qui gère l'aéroport. « Il n'y avait pas cette activité ici, jusqu'à présent, nous n'en avions pas l'utilité, précise ce dernier. Pour sa base, Ryanair ne pouvait pas travailler avec son fournisseur habituel, nous les avons donc mis en relation. »

Un service qui pourrait intéresser d'autres compagnies

L'accord entre les deux parties sert aussi les intérêts de l'aéroport. « Cela ajoute une corde à notre arc beauvaisien, confirme Edo Friart. Nous en ferons la promotion et espérons attirer des compagnies supplémentaires avec ce service en plus. » Pour LOF aussi, l'enjeu est d'importance, même si, à l'heure actuelle, aucune embauche n'est programmée.

« Nous fonctionnons pour l'instant avec notre équipe de Chambly, indique Ali Bouzamondo. J'espère que notre travail intéressera d'autres compagnies aériennes qui sont à Beauvais. Nous avons des réserves foncières pour nous développer et dans ce cas-là, il y aura des recrutements. »

Les projets de LOF ne se limitent d'ailleurs pas à l'Oise, Ali Bouzamondo compte ouvrir des antennes à Marseille (Bouches-du-Rhône), Bordeaux (Gironde) et Toulouse (Haute-Garonne). « Nous voulons rester une structure à taille humaine, prévient-il toutefois. On ne travaillera jamais pour Air France ou Emirates. Notre devise reste d'avoir une offre industrielle réalisée avec une qualité artisanale. »