A Beauvais, le foyer Adoma va quitter le quartier Argentine

A terme, les 205 logements de la tour de sept étages seront détruits. Le déménagement des résidents du foyer est envisagé dans les anciens locaux de l’Afpa.

 Beauvais, ce mercredi. Le foyer Adoma bâti en 1974 devrait être rasé dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier Argentine.
Beauvais, ce mercredi. Le foyer Adoma bâti en 1974 devrait être rasé dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier Argentine. LP/Patrick CAFFIN

A la sortie du foyer Adoma, en plein cœur du quartier Argentine de Beauvais, la question du déménagement fâche. Même si l'information est devenue officielle, Lucien ne veut pas en entendre parler. « Il est hors de question que je quitte ma chambre, affirme-t-il. Ça fait plus de vingt ans que j'y suis, je suis trop vieux pour aller ailleurs. »

Son voisin, Fayçal, se montre déjà inquiet du lieu de sa future résidence. « On est bien ici, pourquoi partir ? demande-t-il. On a nos habitudes, on connaît tout le monde dans le quartier et on peut même aller en centre-ville à pied. »

Si la destination prévue, les anciens locaux de l'Afpa dans la ZAC de Ther, est confirmée, il sera en effet un peu plus compliqué de garder ses habitudes. Mais rien n'est encore définitif.

Une réhabilitation et des constructions

« Toutes les pistes sont étudiées, annonce Nicolas Dusart, directeur territorial CDC Habitat Adoma. Nous avons juste signé en décembre 2019 un accord de principe pour la future démolition du foyer lors de la visite de Julien Denormandie, qui était à l'époque le ministre de la Ville. Cette opération entre dans le cadre de la rénovation urbaine. L'Afpa fait partie des solutions envisagées mais rien n'est fait. »

Le foncier de l'Afpa, fermé depuis avril 2019, appartient à l'Etat et son acquisition devra se faire par le biais d'une procédure spéciale. « Il y aura un appel d'offres, c'est une obligation et rien ne dit qu'on remportera le marché, explique Nicolas Dusart. Si c'est le cas, nous devrons alors réhabiliter le bâtiment existant avec ses 42 logements. Comme il ne suffira pas, il sera nécessaire d'en construire un second de 87 logements pour conserver notre capacité d'accueil actuelle. »

Implanté à côté du garage solidaire de Beauvais, ce site pourrait, selon la ville, « regrouper des activités sociales et solidaires » et recréer « un lien pour des réfugiés parfois éloignés de l'emploi ».

Offrir de meilleures conditions d'accueil

Pour cela, il faudra patienter. Le déménagement n'interviendra pas avant que tous les résidents soient relogés. « Le bâtiment de 7 étages date de 1974, il offre encore des chambres individuelles, souligne Nicolas Dusart. Il est temps d'offrir à nos résidents de meilleures conditions d'accueil. Dès que nous aurons identifié notre futur site d'accueil, nous nous rapprocherons d'eux. »

Et une concertation sera lancée auprès de ces derniers. « Nous écouterons leur demande, annonce Nicolas Dusart. La majorité est arrivée il y a moins de dix ans mais nous avons quelques personnes âgées qui ont plus de 70 ans et vingt ans de présence. Si certains souhaitent rester à Argentine, nous nous rapprocherons des autres bailleurs du quartier pour trouver une solution. Toutes les dispositions seront prises pour travailler au relogement des gens conforme à ce qu'ils souhaitent. »

Rien avant 2025

Pour l'instant, rien n'est commencé au sein du foyer. « Ce serait complètement prématuré, souligne Nicolas Dusart. Une fois le site identifié définitivement, il y aura le lancement d'une étude, puis le dépôt du permis de construire avant de passer à la phase construction. Il n'y aura sans doute rien avant l'horizon 2025. »

Ce n'est qu'à partir de ce moment-là que la destruction du foyer pourra être envisagée. A la place, la ville envisage entre autres la construction de nouveaux logements. « Il y a, a priori, un très beau projet en complément, assure Nicolas Dusart. Il devrait donner un second souffle au quartier qui en a bien besoin. »