26 cas positifs à l’école du Plessis-Belleville : quatre classes fermées et des tests dès ce lundi matin

L’Académie a finalement annoncé que deux classes supplémentaires - quatre au total - seront fermées ce lundi, au Plessis-Belleville, où l’on dénombre 26 personnes positives au Covid-19. Au moins trois autres écoles de l’Oise ont enregistré des cas positifs.

 Plusieurs classes de l’Oise ont été fermées après que des enseignants et des élèves aient été testés positifs (Illustration).
Plusieurs classes de l’Oise ont été fermées après que des enseignants et des élèves aient été testés positifs (Illustration). LP/Julien Barbare

Ce n'est pas encore une hécatombe mais le phénomène inquiète néanmoins. La semaine dernière, plusieurs enfants et enseignants ont été testés positifs dans au moins quatre communes de l'Oise. Le cas le plus préoccupant se situe au Plessis-Belleville où quatre classes sur onze seront fermées ce lundi.

« Nous avons appliqué le protocole et fermé une première classe de CM2 lundi dernier après qu'une enseignante ait été testée positif, justifie Dominique Smaguine, maire de la commune. Nous avons également invité les parents d'élèves de cette classe à tester leurs enfants. »

Des tests antigéniques dans un gymnase communal

Des mesures qui n'ont pas empêché les cas positifs de se multiplier, ce qui a contraint la commune à fermer la 2e classe de CM2, ainsi que la cantine et le périscolaire, vendredi dernier. Le nombre de cas positifs continuant d'augmenter, plus de 26 recensés, l'Inspection académique a décidé ce dimanche de fermer deux nouvelles classes, un CP-CM1 et un CE2.

« La commune mettra à disposition une salle municipale pour permettre au personnel de l'école et de la collectivité d'effectuer un test antigénique ce lundi matin », précise en outre l'Inspection académique.

Et cette école du sud de l'Oise n'est donc pas la seule à être touchée. Dès le 10 janvier, Cauffry était également concernée. Puis c'est à Formerie, le lundi 11, qu'un élève et un professeur ont été testés positifs. Vendredi, c'était au tour d'un enseignant d'une école de Liancourt.

« Comme il avait mangé avec ses collègues, il a été décidé de mettre l'ensemble des enseignants en quarantaine jusqu'à mardi prochain, en attente du résultat des tests, indique Roger Menn, maire de Liancourt. Les parents ont été prévenus et il leur a été demandé de garder leurs enfants s'ils en avaient la possibilité. »

Le maire précise qu'un « service minimum d'accueil sera assuré par quatre professeurs des écoles remplaçants ». De son côté, l'Inspection souligne que ces cas positifs « n'entraînent pas de fermeture de classe ». « Ce sont des professeurs absents qui doivent être remplacés », continue l'institution.

« Il serait plus logique que toute l'école ferme »

Cette multiplication de cas à travers le département inquiète fortement les parents d'élèves. « On l'est forcément, avoue Paolo Sandre, père d'une élève du Plessis-Belleville. Ma fille est en maternelle mais elle peut croiser des enfants qui sont en primaire et potentiellement positifs. Il serait plus logique que toute l'école ferme. »

Newsletter L'essentiel du 60
Un tour de l'actualité de l'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

Un message repris par le syndicat SNUipp-FSU de l'Oise. Le syndicat s'interroge sur le « manque de réactivité des autorités informées de la situation au Plessis-Belleville depuis plusieurs jours ». Il réclame également davantage de transparence sur la situation sanitaire des établissements de l'Oise.

Le Rectorat reconnaît un oubli dans son communiqué du 14 janvier

Et de s'étonner : « Un communiqué du rectorat de l'Académie d'Amiens indiquait le 14 janvier l'absence de classe fermée dans l'Académie » alors que le syndicat en « dénombrait plusieurs dans l'Oise ».

Début janvier, les délégués des personnels de la FSU avaient déjà dénoncé le fait que « les chiffres remontés par le rectorat de novembre à décembre étaient jusqu'à 10 fois inférieurs à ceux de France Santé publique ».

Fermer l'école du Plessis-Belleville ? Ce ne serait pas à l'ordre du jour

Face à ces critiques, l'Inspection académique a reconnu « une erreur involontaire, le rapport du 14 janvier aurait dû mentionner une classe fermée » en insistant sur le fait qu'elle « n'a aucun intérêt à enjoliver la situation en dissimulant des chiffres volontairement ».

Quant à la fermeture d'école, l'Inspection rappelle qu'elle dépend « d'une décision préfectorale prise après avis des autorités de santé ». Concernant le Plessis-Belleville, ce ne serait « pas à l'ordre du jour. »