Florence Arthaud, une icône féministe malgré elle

 

Florence Arthaud, une icône féministe malgré elle

Florence Arthaud, 57 ans, la première femme à avoir remporté la route du Rhum en 1990, sur un monstre des mers de 32 mètres et 5 tonnes aura défié les océans déchaînés, mais perdu la vie dans un crash d'hélicoptère, en Argentine, qui a tué neuf autres victimes. Elle participait au tournage de l'émission de téléréalité «Dropped» de la chaîne française TF1, avec la nageuse olympique Camilles Muffat et le boxeur Alexis Vastine. «Son bonheur était d'être sur l'eau», raconte sa consoeur Catherine Chabaud, l'une des grandes navigatrices à qui elle a ouvert la voie, démontrant au monde qu'une femme pouvait gagner une course.

Véritable légende de la voile, visage buriné et crinière indomptable, Florence Arthaud est devenue une icône féministe malgré elle. «Les marins l'admiraient et son palmarès force le respect» ajoute Catherine Chabaud, avant de préciser : «Ces dernières années, Florence s'était ouverte à la cause féministe. Elle avait emmené des jeunes filles anorexiques découvrir la mer sur son bateau pour le projet "Croisières de guerrières" ou organisé la course " Les voiles de la liberté" avec des équipages de femmes du Maghreb au Liban.

VIDEO. Drame de «Dropped» : les premières images du crash en Argentine

VIDEO. Drame de «Dropped» : le choc des deux hélicoptères en vol

Florence Arthaud n'a jamais réussi à repartir pour les grandes courses en solitaire. En 2010, 20 ans après sa triomphe, elle espérait reprendr le départ de la course du Rhum à bord d'un trimaran de 32 mètres. «Finalement, le sponsor a confié le bateau à un homme, comme toujours. Les mentalités n'ont pas évolué, ça m'a dégoûtée» lâchait la navigatrice qui arrête la compétition en 2010.

Dès l'âge de 11 ans, elle avait découvert la voile en Méditerranée avec son père à la barre et son grand frère. Déjà la seule fille de l'équipage. Son aîné de deux ans lui avait «ouvert le monde des garçons à qui on autorise tout, quand on exige des filles qu'elles suivent des sentiers balisés. J'étais révoltée par cette injustice». Une féministe en demi-teinte, qui a «horreur des femmes-mecs, installe des cordages roses à son bateau, mais n'hésite pas à affirmer : «La voile en compétition, ce n'est pas un truc de femme. Les femmes font des enfants. Et d'habitude, on recherche la stabilité et un avenir assuré. Moi je n'ai recherché que l'aventure et le frisson».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

VIDEO. Drame de «Dropped» : l'hommage de Philippe Poupon à Florence Arthaud

Fiancée et pirate de l'Atlantique, l'aventurière surdouée a surfé tout au long de sa vie au top et au creux de la vague. Réchappée de la mort sur son voilier l'Argade II, disparu au large du Cap Corse en 2011, elle doit son salut à son téléphone portable. «Je suis tombée à l'eau et je ne vais pas tenir longtemps...», lâche-t-elle en avalant de l'eau, à sa maman qu'elle avait réussi à joindre par miracle. «On se voit mourir seule» dira-t-elle plus tard. A 18 ans, elle était sortie du coma après un très grave accident de voiture.

Le «garçon manqué» avec des écorchures aux genoux se battait comme un soudard, a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour conduite en état d'ébriété, faisait la fête dans les ports avec ses copains navigateurs Kersauson, Poupon, Le Cam... et partait des mois en mer. Mais «Flo», la femme moderne, a appris la féminité avec sa fille, Marie, née en 1993. La pionnière insoumise qui dansait sur les océans, a toujours rêvé de bateaux immenses et passé sa vie à chercher des sponsors.

VIDEO. Dix morts sur le tournage de «Dropped» : «La France est touchée, attristée», déclare Valls