Violences au Capitole : Alexandria Ocasio-Cortez se dit «survivante d’une agression sexuelle» et raconte son traumatisme

L’élue démocrate, extrêmement émue, a détaillé en longueur ce qu’elle a vécu le 6 janvier dernier. Pour la première fois, elle a aussi fait allusion à une agression sexuelle survenue dans le passé.

 Alexandria Ocasio-Cortez a témoigné pendant plus d’une heure et demie sur Instagram. (Illustration)
Alexandria Ocasio-Cortez a témoigné pendant plus d’une heure et demie sur Instagram. (Illustration) AFP/Greg Nash

Au bord des larmes, elle confie « ne pas l'avoir dit à grand monde dans [sa] vie ». Lundi soir, l'élue du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez a raconté sur Instagram le « traumatisme » vécu lors des violences au Capitole, le 6 janvier dernier. « Je suis une survivante d'agression sexuelle », a-t-elle indiqué au cours de cette longue vidéo de plus d'une heure et demie. Comme le souligne CNN, cela semble être la première fois qu'elle témoigne avoir été victime de tels actes, sans pour autant apporter davantage de précisions.

« Lorsque nous traversons un traumatisme, le traumatisme s'aggrave », a confié la jeune démocrate, qui est revenue en détail sur cette journée du 6 janvier. Plusieurs centaines de supporters du président battu, Donald Trump, ont pris d'assaut le Capitole, allant jusqu'à pénétrer dans certaines pièces.

Retournées dans leur bureau après avoir reçu la seconde dose de vaccin contre le Covid-19, « AOC » et son assistante ont entendu un homme entrer et demander : « Où est-elle ? Où est-elle ? » Il s'agissait en réalité d'un officier de police du Capitole, qui ne s'était pas identifié comme tel. L'élue ne savait pas si l'agent était là pour « nous aider ou nous blesser ». « Je n'ai jamais été aussi calme de toute ma vie. J'ai retenu mon souffle. […] J'ai cru à ce moment-là que j'allais mourir », a-t-elle raconté.

« Les gens vont dire : Oh, elle essaie juste de faire parler d'elle »

La semaine avant les scènes de violence au Capitole, Alexandria Ocasio-Cortez a raconté avoir reçu des SMS de la part d'autres membres du Congrès, lui disant de « faire attention » après avoir eu vent de ce qu'il risquait de se passer.

S'en prenant aux élus Républicains, « AOC » a dénoncé sur Instagram « des gens qui utilisent les mêmes tactiques que tous les autres agresseurs qui vous disent simplement de passer à autre chose ». Faisant de nouveau allusion à l'agression sexuelle qu'elle venait de dévoiler, elle a enfin indiqué s'attendre à des critiques : « Les gens vont dire : Oh, elle essaie juste de faire parler d'elle ».

Dans un message publié sur Twitter peu après son live Instagram, suivi par près de 160 000 personnes à certains moments, elle a indiqué que son histoire « n'était pas la seule ni la principale de ce qu'il s'était passé le 6 janvier ».