Présidentielle américaine : «Parlons-nous, donnons-nous une chance», lance Biden aux électeurs de Trump

Le vainqueur démocrate de l’élection présidentielle, samedi soir, a prononcé un plaidoyer en faveur de l’unité du pays. « J’ai moi-même perdu plusieurs fois », leur a-t-il rappelé.

L'heure est venue de « guérir ». C'est le mot qu'a employé Joe Biden dans son premier discours de 46e président élu des Etats-Unis d'Amérique, pas encore en fonction. Samedi soir, à Wilmington, il était environ 20h45 heure locale, soit 2h45 du matin en France, quand l'ancien vice-président de Barack Obama a revendiqué « une victoire convaincante » après quatre jours de suspense.

Sortant de sa voiture, Joe Biden a rejoint en courant la scène de son premier discours. Une astuce qu'il a utilisée plusieurs fois pour détourner les railleries sur son âge. À 77 ans, il sera tout de même le président le plus âgé de l'histoire des Etats-Unis au début de son mandat, le 20 janvier prochain. Portant un masque noir, le candidat démocrate désigné vainqueur a rejoint Kamala Harris sur la scène, sur fond d'une chanson de Bruce Springsteen.

Une cellule de crise sur le Covid-19

Plus de 350 voitures étaient rassemblées devant la scène, et des milliers de partisans se trouvaient à l'extérieur du grand parking où était installée la scène. Imaginés pour éviter la propagation du coronavirus, ces rassemblements ont porté le message d'un candidat qui a placé la lutte contre la pandémie au centre de son programme. Joe Biden a d'ailleurs annoncé qu'il mettrait en place dès lundi une cellule de crise sur le Covid-19.

« Je m'engage à être un président qui rassemble et non pas qui divise », a-t-il lancé, un président « qui ne voit pas les États rouges et les États bleus, qui ne voit que les États unis ».

« Pour tous ceux d'entre vous qui ont voté pour le président Trump, je comprends la déception de ce soir. J'ai moi-même perdu plusieurs fois. Mais maintenant voyons-nous, parlons-nous, donnons-nous une chance », a-t-il insisté, sous le son des klaxons enthousiastes. « Il est temps de mettre de côté la rhétorique dure, de s'écouter à nouveau ». Il est « temps de panser les plaies » du pays et d'en finir avec les « diabolisations ». Mais c'est aux électeurs de Trump qu'il s'adressait, et il n'a pas eu un mot pour son adversaire républicain qui persiste à refuser le jugement des urnes, s'en remettant à celui de la justice.

Il a aussi salué la « coalition large et diverse » qui a porté sa candidature, rendant hommage aux Afro-Américains qui ont joué un rôle central dans sa victoire.

« Vous avez choisi l'espoir et l'unité »

Avant lui, Kamala Harris, la sénatrice noire de Californie et future vice-présidente, a rendu hommage aux « générations de femmes », de toutes origines, qui lui ont « ouvert la voie » et remercié Joe Biden « l'audace » de Joe Biden qui en la choisissant a « brisé l'une des plus importantes barrières ». L'ancienne juge, venue tard à la politique, portait un tailleur blanc, une référence aux suffragettes que les élues démocrates avaient déjà utilisée lors d'un discours sur l'état de l'Union de Trump, pour montrer la montée en puissance des femmes en politique.

S'adressant aux électeurs, elle a salué leur choix : « Vous avez choisi l'espoir et l'unité, la décence, la science. Et oui, la vérité. Vous avez choisi Joe Biden comme prochain président des États-Unis ».

Un tir de feux d'artifice a conclu la soirée, le nombre « 46 » s'inscrivant dans le ciel de Wilmington : Joe Biden va devenir le 46e président des Etats-Unis. Leurs familles les ont ensuite rejoints sur scène, masquées.

VIDÉO. Joe Biden : «Il faut arrêter de traiter nos opposants comme des ennemis»