Présidentielle américaine : «Nous allons gagner cette course», assure Joe Biden

Le candidat démocrate estimait vendredi soir qu’il allait emporter 300 grands électeurs. Il ne s’est cependant pas encore risqué à se dire vainqueur.

 Joe Biden, et sa colistière Kamala Harris, vendredi soir à Wilmington.
Joe Biden, et sa colistière Kamala Harris, vendredi soir à Wilmington. REUTERS/Kevin Lamarque

Trois jours après l'élection présidentielle américaine, Joe Biden s'est montré sûr vendredi soir de sa victoire sans toutefois la proclamer. « Nous n'avons toujours pas de déclaration finale. Mais les chiffres nous disent… que c'est une histoire claire et convaincante : nous allons gagner cette course », a-t-il déclaré depuis son siège de campagne de Wilmington, dans le Delaware, précisant qu'il pourrait avoir 300 grands électeurs, 30 de plus que les 270 nécessaires.

En tête avec 4,1 millions de voix sur un total record de 147 millions de voix, et un incroyable retournement de situation dans quatre Etats, Biden a déclaré que les Américains lui avaient donné un mandat pour s'attaquer à la pandémie, à l'économie en difficulté, au changement climatique et au racisme systémique. « Ils ont clairement fait savoir qu'ils voulaient que le pays se rassemble, et non qu'il continue à se déchirer », a-t-il déclaré.

Il a expliqué qu'avec sa colistière Kamala Harris, ils rencontraient déjà des experts pour se préparer pour la Maison Blanche, alors que des milliers de voix restent à compter en Pennsylvanie, en Géorgie, en Arizona, dans le Nevada, en Caroline du Nord et en Alaska, Etat où le processus électoral est le plus lent de toute la fédération.

« Les procédures judiciaires ne font que commencer ! »

Le discours de Biden dans son État natal du Delaware était initialement prévu pour célébrer la victoire, mais il a changé d'approche, les comptages ne sont pas bouclés et aucun grand média américain ne se risque à annoncer sa victoire.

Piqué au vif, Donald Trump, sans doute sonné par les voix qui se sont multipliées dans son camp pour dénoncer le fait qu'il a parlé de « fraudes » sans avancer d'élément probant, a estimé dans un tweet que son rival ne devait pas revendiquer la victoire de façon « illégitime ». « Je pourrais moi aussi la revendiquer. Les procédures judiciaires ne font que commencer ! »

Vendredi soir, les partisans du candidat démocrate ont dansé dans les rues de Philadelphie (Pennsylvanie), tandis que les partisans, pour certains armés, de Trump se réunissaient à Phoenix et à Detroit ont déclaré que l'élection était volée, malgré les preuves d'irrégularités. Sous la bannière « Stop the Steal », les partisans trumpistes ont prévu des dizaines de rassemblements ce samedi.