Présidentielle américaine : les seniors de Floride se laissent tenter par Joe Biden

Dans une communauté de retraités près d’Orlando, le soutien à Donald Trump, toujours majoritaire, s’effrite. Les démocrates y voient un signe que cet Etat-clé pourrait basculer. Reportage.

 The Villages, en Floride, où des retraités aisés coulent de vieux jours paisibles, est désormais coupé en deux : les pro-Biden et les pro-Trump.
The Villages, en Floride, où des retraités aisés coulent de vieux jours paisibles, est désormais coupé en deux : les pro-Biden et les pro-Trump.  LP/Yona Helaoua

En Floride, « The Villages » n'a jamais aussi bien porté son nom. Cette communauté de retraités, la plus importante des Etats-Unis, ressemble à un village de vacances pour seniors aisés. Ici, les résidents jouent au golf, s'arrêtent au bistro pour prendre l'apéro avec leurs amis et apprécient les patrouilles régulières de la police. Mais à moins de trois semaines de la présidentielle, ce sont deux villages qui s'opposent, du moins idéologiquement.

Les retraités du coin ont dans leur grande majorité voté pour Donald Trump en 2016. « Si on ne le réélit pas cette année, on sera dans la panade. Joe Biden veut faire des Etats-Unis un pays socialiste », accuse Jim Leach, une pinte de bière à la main et une casquette « Trump » sur la tête. « Depuis le début de la pandémie, mon compte retraite a augmenté de 80 000 dollars, j'ai un bon conseiller financier », se vante cet ex-habitant du Minnesota (nord), qui a troqué il y a 14 ans le grand froid pour le soleil toute l'année. Il doit cependant se plier aux règles de « The Villages » : « J'ai dû retirer les pancartes en soutien à Donald Trump que j'avais installées sur ma pelouse. Ici, on n'a rien le droit d'afficher, sauf les panneaux A vendre. Du coup, j'ai mis mes affiches sur ma voiturette de golf. »

Beaucoup de résidents expriment leurs opinions ainsi. Le 7 octobre, les démocrates ont organisé une parade pro-Biden au volant de leurs voiturettes, le moyen local privilégié pour se déplacer. Daryl, 65 ans, estime que l'enthousiasme de la gauche est plus fort que jamais. « On ne voyait jamais de pancartes Biden avant. Pendant quatre ans, ici c'était Trumpland », regrette-t-il. « L'autre jour, j'ai même vu une pancarte Tirez la chasse d'eau le 3 novembre », s'esclaffe le retraité avant de commander un verre au bar.

Les seniors représentent un électorat prisé aux Etats-Unis, puisqu'ils vont voter en plus grand nombre que les autres. En Floride, un Etat-clé pour la présidentielle, près d'un tiers des électeurs a plus de 65 ans. Environ 43 % sont enregistrés sur les listes comme républicains, et 37 % comme démocrates. Mais ces derniers temps, les seniors lâchent de plus en plus Donald Trump. Selon un sondage Quinnipiac du 7 octobre, Joe Biden mènerait avec 15 points d'avance chez les plus de 65 ans en Floride.

« Des ex-électeurs de Trump nous disent qu'ils n'en peuvent plus »

« The Villages » reste toutefois une forteresse pour Donald Trump. Le vice-président Mike Pence y a même tenu un meeting. Mais la vague pro-Biden n'épargne pas cette communauté. « Donald Trump va gagner ici. Mais avec une marge moins importante », prédit Chris Stanley, 56 ans et patronne du club démocrate local. Elle le répète : « la Floride se gagne toujours sur le fil ». Elle espère donc que les voix grappillées ici à Donald Trump permettront de faire basculer l'Etat, et donc le pays, « puisqu'une victoire républicaine sera très compliquée sans le Sunshine State ».

Avec Chris Stanley, plus de 100 bénévoles travaillent pour faire élire Joe Biden. Certains s'impliquent en politique pour la première fois. « Je vois des ex-électeurs de Trump arriver ici et nous dire qu'ils n'en peuvent plus. Cela est dû en partie à la mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus », explique la militante. Les retraités sont une population vulnérable, et la rhétorique du président, qui a cherché à minimiser le virus avant de l'attraper lui-même, ne passe pas. En tout cas pour une partie des habitants. Beaucoup de pro-Trump « ne croient toujours pas en la réalité de ce virus. Ou s'ils reconnaissent que Donald Trump a été infecté, ils disent que les démocrates lui ont transmis. Vous remarquerez qu'ils sont beaucoup à ne pas porter le masque ou pratiquer la distanciation physique », soupire-t-elle.

PODCAST. Même rattrapé par le virus, comment Donald Trump se pose en dompteur de Covid

Le report des voix sur Joe Biden a des raisons plus profondes, selon la démocrate : « Plus largement, les tweets incessants de Donald Trump, ses discours et haine et ses mensonges sont responsables. » Elle pointe surtout la promesse Trump d'éliminer les cotisations sociales : « Or c'est comme ça que sont financées les pensions de retraite, dont nous dépendons en partie. Cela changerait le train de vie de beaucoup d'habitants, qui craignent aussi que leurs enfants n'aient jamais droit à une retraite. »

Peu importe le vainqueur le 3 novembre, Chris Stanley, résidente de « The Villages » depuis six ans, admet que sa communauté est divisée pour de bon : deux villages, républicain contre démocrate. « Nous avons toujours eu nos différences mais on pouvait se fréquenter, jouer au golf, se retrouver lors des fêtes de quartier. Ces jours sont désormais derrière nous. »