Présidentielle américaine : les autorités électorales démentent la moindre fraude

Les agences de cybersécurité ont réagi après la mise en cause d’un système de vote, appelé Dominion, qui aurait « effacé » des millions de voix pour Trump et en aurait crédité à Biden.

 Une employée du comté de Clark, qui comte la ville de Las Vegas, dans le Nevada, enregistre les votes par correspondance, le 7 novembre.
Une employée du comté de Clark, qui comte la ville de Las Vegas, dans le Nevada, enregistre les votes par correspondance, le 7 novembre. AFP/Ethan Miller

Un communiqué en forme de réprimande. Plusieurs autorités électorales américaines contestent catégoriquement le 45e président des Etats-Unis et ses accusations de fraudes pour rejeter la victoire de Joe Biden. C'est la deuxième fois qu'une agence fédérale conteste le président en poste : cet été, la mondialement réputée Food and Drug administration avait mis en garde contre l'utilisation de l'hydroxychloroquine pour traiter le coronavirus.

Sous l'égide de l'Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), l'Elections Infrastructure Government Coordinating Council et le Sector Coordinating Council Executive Committees affirment, plus d'une semaine après la présidentielle, n'avoir trouvé « aucune preuve » de bulletins perdus ou modifiés, non plus que de systèmes de vote piratés. « Il n'existe aucune preuve d'un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit », soulignent-elles.

« L'élection du 3 novembre a été la plus sûre de l'histoire des Etats-Unis », ont affirmé ces autorités chargées de la sécurité du scrutin.

« Une confiance absolue dans l'intégrité de nos élections »

« Bien que nous sachions que notre processus électoral fait l'objet de nombreuses affirmations sans fondement et de campagnes de désinformation, nous pouvons vous assurer que nous avons une confiance absolue dans la sécurité et l'intégrité de nos élections », insistent-elles, sans citer le président Trump, piquées au vif sur la qualité de leur travail.

On sait que cette année, du fait de la masse inédite de votes par correspondance, dans un pays qui pratique le vote électronique dans les bureaux de vote, plus de 92 % des votes ont fait l'objet d'une sauvegarde papier qui peut être utilisée dans les vérifications et recomptes.

« Tous les États qui obtiennent des résultats serrés lors de la course présidentielle de 2020 ont des registres papier de chaque vote, ce qui permet de revenir en arrière et de compter chaque scrutin si nécessaire. C'est un avantage supplémentaire pour la sécurité et le recomptage. Ce processus permet d'identifier et de corriger toute erreur. Il n'y a aucune preuve qu'un système de vote a supprimé ou perdu des votes, modifié des votes ou a été compromis de quelque manière que ce soit ».

Trump continue de dénoncer Dominion

Une mise au point très claire. Quelques heures plus tôt, Donald Trump, qui depuis la semaine dernière clame que les démocrates ont « volé » l'élection et a lancé une série de recours dans certains Etats pour invalider des votes par correspondance, avait relayé sur Twitter des informations selon lesquelles un système de vote appelé Dominion avait « effacé » des votes en sa faveur à travers le pays et en avait réattribué des centaines de milliers à son rival démocrate Joe Biden en Pennsylvanie et dans d'autres Etats. « L'analyse des données révèle que 221 000 de Pennsylvanie sont passés du camp présidentiel à celui de Biden. 941 000 votes en sa faveur ont été supprimés. Les Etats utilisant le système de vote Dominion ont fait passer 435 000 votes de Trump à Biden », écrit-il, en citant One America News Network, un site pro-Trump qui n'a donné aucun élément permettant d'étayer ses affirmations.

Après le communiqué de la CISA, le républicain battu la semaine dernière a continué à relayer les messages dénonçant le système Dominion. Au point que Twitter ajoute désormais une mention à ces tweets, informant que cela est sujet à caution.

« Ce que vous voyez se produire en ce moment fait le jeu de nos adversaires étrangers qui veulent nous voir perdre confiance en notre démocratie », a déploré Benjamin Hovland, le président de la Commission d'assistance électorale américaine.

Il y a pourtant eu des erreurs : dans un comté du Michigan, un lot de voix a été attribué à tort à Joe Biden, l'erreur était humaine et elle a été corrigée très rapidement.

Biden emporte l'Arizona et reçoit les félicitations de Pékin

Le logiciel Dominion n'a été utilisé que dans deux des cinq comtés controversés le jour du scrutin dans le Michigan et en Géorgie. Chaque bug a reçu une explication - il s'agissait la plupart du temps d'une erreur humaine - et ils n'ont pas affecté le décompte des voix.

Malgré cela, le président sortant refuse toujours de reconnaître sa défaite, compliquant ainsi la période de transition du président élu, qui doit prendre ses fonctions le 20 janvier 2021.

Jeudi, les médias américains ont annoncé que Joe Biden a remporté l'Etat de l'Arizona, consolidant ainsi sa victoire. C'est la première fois que le camp démocrate remporte la victoire dans cet Etat depuis 1996. NBC, CBS, ABC et CNN ont déclaré vainqueur le candidat démocrate avec une avance de plus de 11.000 voix dans cette élection serrée, ce qui permet à Joe Biden de compter sur 11 grands électeurs de plus.

Fox News et Associated Press avaient déjà donné le candidat démocrate vainqueur dans la nuit ayant suivi le scrutin du 3, novembre.

Après cette victoire en Arizona, Joe Biden peut désormais compter sur 290 grands électeurs, quand il lui en faut 270 pour remporter l'élection. Il reste encore à proclamer le résultat dans deux Etats, la Caroline du Nord et la Géorgie.

La Chine a adressé vendredi ses félicitations à Joe Biden. « Nous respectons le choix du peuple américain. Nous adressons nos félicitations à M. Biden et à (la vice-présidente élue) Mme Harris », a déclaré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.