Présidentielle américaine : entre Trump et Biden, la bataille de com' est lancée

Alors que l’annonce du résultat du scrutin demandera du temps, les deux candidats s’affrontent déjà durement sur le terrain médiatique.

Le dépouillement se poursuit aux Etats-Unis mais chacun des deux candidats à la présidence entend ne pas lâcher un bout de terrain à son adversaire.

Ce mercredi, peu après 6h30 heure française, le candidat démocrate Joe Biden a dégainé le premier de son fiel de Wilmington, face caméra. Et ce alors que l'issue du scrutin demeure à ce stade totalement incertaine. Objectif : parer à tout passage en force de Donald Trump.

« Qui aurait cru que ça durerait jusqu'à demain et peut-être au-delà? », a commencé le candidat démocrate. À la tribune, Joe Biden s'est voulu optimisme. « Ce soir, on se sent bien, on est en bonne posture, a-t-il assuré, avant de dresser la liste des « swing states », ces Etats-clés qu'il espère emporter. On est en bonne voie pour gagner en Arizona, le Minnesota et nous sommes encore en lice en Géorgie. On se sent bien dans le Wisconsin et le Michigan. On va remporter la Pennsylvanie. »

« Ils essaient de voler l'élection ! »

Joe Biden a appelé à la prudence, prévenant toute surenchère et revendication de son adversaire, un scénario craint depuis des jours côté démocrate. « On savait qu'avec le vote par courrier, cela demanderait plus de temps. Il va falloir être patient et attendre que chaque voix soit comptée […] Ce n'est pas à moi ni à Donald Trump de déclarer le vainqueur de ce résultat. Je veux remercier chacun d'entre vous de s'être déplacé. »

La réaction du président sortant ne s'est pas fait attendre. Silencieux depuis le début du dépouillement, Donald Trump a instantanément refait surface sur son réseau fétiche, Twitter. « Ils essaient de voler l'élection ! Nous ne les laisserons pas faire. Les votes ne peuvent pas être exprimés après la fermeture des bureaux de vote. » Un message qui a été signalé par le réseau social, mettant en garde ses utilisateurs qu'une partie ou la totalité de ce message pouvait être trompeuse.

Peu après, lors d'une prise de parole plus solennelle, il a revendiqué avoir « gagné » l'élection malgré le décompte en cours, évoquant une « fraude » et une « honte ». Trump a aussi annoncé son intention de saisir la Cour Suprême pour mettre fin au comptage des voix là où celui-ci n'est pas terminé.

Les bulletins «surprise »

Et voici que le duel annoncé entre les deux hommes s'est donc déplacé sur un nouveau terrain : celui de la communication. Donald Trump, avant même le début des dépouillements, avait fait savoir qu'il ne lâcherait rien et n'hésitera pas à contester le scrutin. Côté démocrate, la crainte était forte de voir ce dernier revendiquer une victoire avant même que le dépouillement des votes par correspondance ne soit définitivement terminé. Ces derniers pourraient être décisifs.

Au lendemain de la nuit électorale (dans l'après-midi en France), Donald Trump a a enfoncé le clou. « Hier soir j'avais une bonne avance, dans de nombreux Etats-clés », a-t-il tweeté. Puis, un par un, ils ont commencé à disparaître magiquement avec l'apparition et le comptage de bulletins surprise ». Il a aussi souligné que les sondeurs s'étaient trompés pour cette élection de façon « historique ». Peu après, son adversaire démocrate Joe Biden a promis une lutte « sans répit jusqu'à ce que chaque bulletin soit compté », également sur Twitter.