Présidentielle américaine : Biden lance une cellule de crise sur le Covid-19 dès lundi

Douze spécialistes devront conseiller le président sur le contrôle de l’épidémie de Covid-19, qui a fait des Etats-Unis le pays le plus endeuillé du monde.

 Joe Biden prononce un discours après la confirmation de sa victoire à l’élection présidentielle américaine, le 7 novembre 2020.
Joe Biden prononce un discours après la confirmation de sa victoire à l’élection présidentielle américaine, le 7 novembre 2020.  REUTERS/Jonathan Ernst

Il ne compte pas perdre de temps. Quelques heures après la confirmation de sa victoire à l'élection présidentielle américaine, Joe Biden a annoncé samedi qu'il mettrait en place, dès lundi, une cellule rassemblant des scientifiques et des experts sur l'épidémie de Covid-19.

L'objectif de cette cellule est de travailler « sur un plan qui entrera en vigueur dès le 20 janvier 2021 », soit le jour de son investiture, a déclaré le président élu devant une foule de supporteurs réunis à Wilmington, dans le Delaware, pour fêter sa victoire.

Joe Biden : « Il faut arrêter de traiter nos opposants comme des ennemis »

En cette semaine d'élection présidentielle, le pays a enregistré une nette recrudescence de l'épidémie, avec des nombres records de nouvelles contaminations depuis plusieurs jours. « Notre travail commence par reprendre le contrôle de l'épidémie », a assuré le futur président dans son discours.

Des tests en masse

Cette cellule devrait rassembler douze experts, selon le New York Times, et sera dirigée par trois personnes : Vivek Murthy, un de ses conseillers sur les questions de santé et ancien équivalent américain du directeur général de la santé, David Kessler, ancien dirigeant de l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, et le Dr Marcella Nunez-Smith, professeure spécialiste de Santé publique à l'Université de Yale.

Dans son programme, Joe Biden avait déjà assuré qu'au premier jour de sa prise de poste, il créerait, notamment, un « conseil sur les tests de la pandémie ». Ce conseil serait chargé de produire et distribuer des dizaines de millions de tests pour améliorer le suivi de l'épidémie. Des experts doivent également superviser le développement et la distribution de vaccins, l'amélioration des données de santé, parmi d'autres tâches.

Une stratégie qui diffère largement de celle de Donald Trump qui, pendant plusieurs mois, a minimisé l'ampleur de l'épidémie, y compris lorsque lui-même a été testé positif au Covid-19. Mais plusieurs médias américains le rappellent : Donald Trump reste encore en poste pour deux mois. Deux mois d'hiver durant lesquels l'épidémie risque de rebondir, créant une situation encore plus difficile à gérer pour Joe Biden à son arrivée au pouvoir.

Les Etats-Unis ont d'ailleurs enregistré, samedi, plus de 122 000 nouveaux cas positifs de Covid-19 en 24 heures, selon un comptage de l'AFP effectué à 20h30 locales à partir des chiffres de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Dans le même temps, 991 personnes sont décédées du virus aux Etats-Unis, de loin le pays le plus endeuillé au monde.