Pour son procès, Trump recrute deux avocats habitués aux dossiers polémiques

Bruce Castor et David Schoen défendront l’ancien président américain, jugé pour incitation à l’insurrection, lors de son procès au Sénat.

 Donald Trump s’adressant à la presse, le 22 septembre 2020.
Donald Trump s’adressant à la presse, le 22 septembre 2020.  AFP/Saul Loeb

L'un, ancien procureur, a refusé de poursuivre le comédien Bill Cosby pour agression sexuelle. L'autre reste convaincu que le financier Jeffrey Epstein ne s'est pas suicidé en prison. Donald Trump a choisi deux avocats rompus aux controverses pour le représenter à son procès au Sénat.

Accusé d'avoir encouragé l'assaut sur le Capitole le 6 janvier, le milliardaire républicain a peiné à constituer une équipe pour le défendre. Après la défection de cinq juristes ce week-end et à huit jours du début de son procès, il a finalement confié cette tâche à Bruce Castor et David Schoen. Sans être des figures de premier plan, les deux avocats ont déjà défrayé la chronique et pourraient assurer le spectacle lors d'audiences qui seront retransmises en direct dans tout le pays.

Etabli en Alabama, le pénaliste David Schoen s'est un jour vanté d'avoir défendu « toute sorte de gangsters », y compris des chefs de la mafia russe ou italienne. Parmi ses clients les plus célèbres figure Roger Stone, un ami de longue date de Donald Trump. Condamné pour « parjure » dans le cadre de l'enquête russe, le spécialiste autoproclamé des « coups bas » en politique a finalement été gracié par le locataire de la Maison Blanche juste avant qu'il ne quitte le pouvoir.

Spéculations sur la mort de Jeffrey Epstein

David Schoen a surtout fait parler de lui après la mort du milliardaire Jeffrey Epstein en août 2019. L'avocat a assuré avoir été engagé pour défendre le financier, accusé d'exploitation sexuelle de mineures, et l'avoir rencontré avant qu'il ne soit retrouvé pendu dans sa cellule. « Je ne crois pas que ce soit un suicide », avait-il alors assuré au Atlanta Jewish Times.

Face aux spéculations de ce type, la police fédérale et le ministère de la Justice avaient ouvert des enquêtes, mais les résultats de l'autopsie ont confirmé un suicide. « Je pense toujours qu'il a été tué », a cependant répété David Schoen en septembre.

Pas hostile à la médiatisation, David Schoen est parfois apparu sur Fox News, a participé à un documentaire sur le scandale Epstein et a confié avoir suivi des cours de comédien. Il a juré avoir mis un terme à ces sollicitations : « Ça prend trop de temps sur mon travail légal, trois agents m'avaient pourtant contacté… »

Rendez-vous le 9 février

Quant à Bruce Castor, il fut longtemps procureur d'un comté en Pennsylvanie. À ce poste influent, il avait refusé, en 2005, d'ouvrir des poursuites contre l'acteur Bill Cosby, qu'une femme accusait de violences sexuelles. Le comédien, mis en cause par des dizaines d'autres femmes dans les années suivantes, a finalement été condamné treize ans plus tard à de la prison pour ces abus.

Bruce Castor, un ancien élu républicain de 59 ans, a également été procureur général par intérim de l'Etat de Pennsylvanie. Mais, en plein mouvement #MeToo, ses ambitions ont souffert de ses choix dans l'affaire Cosby.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

À partir du 9 février, les deux avocats se retrouveront à nouveau sous le feu des projecteurs lors du procès de Donald Trump, le seul président de toute l'histoire des Etats-Unis à avoir vécu deux fois l'infamie d'un « impeachment ».

VIDÉO. Trump juge la procédure d'« impeachment » le visant « totalement ridicule »

L'ancien président sera jugé pour « incitation à l'insurrection », en lien avec l'intrusion de ses partisans dans le Capitole au moment où les élus certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle. Certains des 50 sénateurs républicains, accablés par la violence de l'assaut, pourraient joindre leur voix aux 50 démocrates. Il est toutefois peu probable qu'ils soient assez nombreux pour atteindre la barre des 67 élus nécessaire pour une condamnation.

Un procès « contraire à la Constitution » ?

Pour éviter le débat de fond, les avocats de Donald Trump devraient plaider que la procédure de destitution ne s'applique pas à un ancien président. « MM. Schoen et Castor sont d'accord pour dire que ce procès est contraire à la Constitution », selon le communiqué annonçant leur recrutement.

Interviewé lundi soir sur Fox News, David Schoen a réitéré sa conviction que le procès est inconstitutionnel, et a dénoncé une procédure qui « déchire le pays, à un moment où nous n'avons pas besoin de cela ».

Mais tenteront-ils de justifier la croisade post-électorale de Donald Trump, en reprenant à leurs comptes ses allégations de fraude électorale ? Selon la presse américaine, si une partie de ses avocats ont claqué la porte ce week-end, c'est parce qu'ils refusaient de s'engager dans cette voie.

David Schoen a juré au Washington Post partager leur position. « Je ne suis pas une personne prête à développer une théorie sur la fraude électorale », a-t-il déclaré. « Le procès ne portera pas là-dessus ».